Algérie : que devient le clan de Bouteflika ?

franceinfo Afrique

La scène est narrée par le correspondant de l’AFP à Alger. L’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal, en larmes, au tribunal Sidi M’hamed à Alger, jure qu'il n'a "pas trahi le pays" et supplie : "Il ne me reste pas beaucoup à vivre. S’il vous plaît, Monsieur le juge, réhabilitez-moi !" Depuis une semaine, un procès du clan Bouteflika se tient à Alger. Au banc des accusés, deux Premiers ministres de l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, trois autres ministres, dont un en fuite à l'étranger, et des représentants de l'oligarchie. Une première en Algérie. L'ex-homme fort du pays, Saïd Bouteflika, a refusé de témoigner.

(L'ancien Premier ministre Sellal : "S'il vous plaît, ne me mettez pas en prison", vidéo en arabe)


Verdict : 15 ans de prison ferme pour l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia et 12 pour Abdelmalek Sellal, poursuivis pour "dilapidation de deniers publics, abus de fonction et octroi d'indus avantages", dans des dossiers relatifs à l'industrie de montage de véhicules.

Ce procès est le premier consécutif aux vastes enquêtes sur des faits présumés de corruption, déclenchées après la démission, en avril 2019, du président Abdelaziz Bouteflika, poussé au départ par le Hirak, après 20 ans à la tête de l'Etat.

Mais il est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi