En Algérie, un député déchu de son mandat pour avoir servi dans la Légion étrangère

La majorité des membres du Parlement s'est prononcée pour cette décision, lors d'un vote à huis clos. Le vote avait été organisé à la suite de révélations sur le passé de légionnaire en France de cet élu du Front national algérien, une petite formation politique qui ne fait partie de la majorité. L'ex-élu s'est défendu sur les réseaux sociaux.

Mohamed Bekhadra, âgé de 50 ans, est élu député de la communauté algérienne à l'étranger lors des législatives de juin dernier, sur une liste du petit parti Front national d'Algérie, dans la circonscription de Marseille, en France.

Le mois dernier, ce député éveille l'intérêt de médias algériens, qui citent un rapport de la commission juridique du Parlement. Ce texte affirme que Mohamed Bekhadra a servi dans la Légion étrangère en France, l'ancienne puissance coloniale, avec qui la relation de l'Algérie est encore ponctuée de crises.

« Le fait que le député ait reconnu avoir servi au sein d'une armée étrangère avec rang de caporal » signifie que « sa loyauté va vers un État étranger », affirme le rapport. Qui conclut que l'homme n'était donc pas qualifié pour se porter candidat aux élections.

Mohamed Bekhadra a réagi dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Il nie toute infraction, et affirme avoir servi comme infirmier militaire, avec un contrat de courte durée.

« J'ai tourné cette page il y a quinze ans, je n'ai pas trahi mon pays car aucune loi ne prohibe ce que j'ai fait », estime-t-il.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles