Algérie : la colère sociale continue de monter

Par Hadjer Guenanfa, à Alger

Les revendications des manifestants ne sont pas que politiques, elles sont aussi sociales.

REPORTAGE. Les diverses actions de protestation constatées dans de nombreuses localités illustrent qu'au-delà de sa dimension politique la crise actuelle est aussi sociale.


Depuis plusieurs semaines, la colère sociale monte dans plusieurs villes à travers le pays. Explication : le ras-le-bol des populations face au chômage, aux coupures d'eau ou à l'absence du raccordement à l'eau potable, à l'absence de l'électrification, au manque dans le transport scolaire dans les localités éloignées, au manque de structures de santé ou de personnels qualifiés, aux problèmes d'assainissement… Bref, les raisons sont nombreuses, les manifestations aussi. Des citoyens ferment des routes. Dans certaines villes de l'est du pays, des manifestants ont carrément muré l'entrée d'une mairie tandis que d'autres ont cadenassé le siège de leur commune pour exiger le départ des élus. Fin août, un groupe de citoyens a chassé le directeur d'un hôpital de Aïn M'lila à Oum El Bouaghi de l'établissement après avoir fait irruption dans son bureau. Des corporations sont revenues à la charge pour réclamer leurs droits. Parmi eux, les retraités, des radiés de l'armée, les invalides et leurs ayants droit. Pour empêcher leur marche nationale le 18 août, les autorités ont mis en place des barrages filtrants qui avaient bloqué des milliers d'automobilistes sur l'autoroute. D'autres catégories sociales peuvent encore se joindre à la grogne sociale. Sur le terrain, les différents membres du gouvernement Bedoui sont devenus « persona non grata ». Ils n'échappent nulle part au mécontentement de la population même dans les régions éloignées. Lors de la rentrée scolaire le 4 septembre, un rassemblement a été organisé contre la venue du ministre de l'Éducation à Ghardaïa. Le 20 août, c'est le ministre de l'Intérieur et d'autres membres de l'exécutif qui sont chassés par la population de la wilaya d'Illizi.

Lire (...)

Lire la suite sur LePoint.fr

Algérie : le corps électoral convoqué le 15 septembre ?
Algérie : la rue et l’opposition rejettent la « suggestion » du chef de l’armée
Mali : Dicko, l'« imam du peuple », de plain-pied dans la politique
Tunisie : Kaïs Saïed, un Robespierre en campagne
Recevez la newsletter Le Point.fr