Algérie-Cameroun: vives réactions suite aux propos de Belmadi sur l’arbitrage

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les propos du sélectionneur de l’équipe algérienne Djamel Belmadi sur l’arbitrage en Afrique et plus particulièrement sur le Gambien Bakary Gassama, arbitre d’un match crucial perdu face au Cameroun, provoquent de vives réactions dans le monde du football. La Fédération algérienne a répondu à une menace de la Fédération camerounaise de porter l’affaire devant la FIFA, tandis que la Fédération gambienne a appelé la Fédération internationale à sanctionner le technicien.

La polémique ne cesse d’enfler, quatre jours après la mise en ligne d’une vidéo de Djamel Belmadi par la Fédération algérienne de football (FAF). Le sélectionneur de l’équipe d’Algérie y annonce son intention de poursuivre son mandat, malgré les éliminations au premier tour de la Coupe d’Afrique des nations 2021 et en qualifications pour la Coupe du monde 2022. Surtout, il y critique avec virulence l’arbitrage africain et notamment l’arbitre gambien Bakary Gassama, coupable à ses yeux de la défaite des Verts face aux Cameroun, en barrage retour pour le Mondial au Qatar. « Il a enlevé l’espoir de tout un peuple et on le laisse comme ça, déclare entres autres Djamel Belmadi. Je ne dis pas qu’il faut le tuer, mais il ne faut pas le laisser, lui ».

Des propos qui ont fait réagir la Fédération gambienne (GFA), ce 27 avril 2022. « La Fédération a déposé une plainte officielle auprès de la Fédération algérienne de football à ce sujet, et a formellement demandé à la FIFA et à la CAF d'ouvrir des enquêtes et des procédures disciplinaires à l'encontre de […] Djamel Belmadi pour ses propos sur un clip vidéo, indique la GFA dans un communiqué. Nous avons également demandé à la fédération algérienne de faire une déclaration publique condamnant les actions de M. Belmadi et toutes les attaques verbales contre M. Gassama par des Algériens et de prendre toutes les précautions nécessaires pour empêcher leurs responsables et ressortissants de faire toutes nouvelles remarques négatives et menaces contre la personne de M. Gassama ».

L’ex-arbitre Tony Chapron attaque Belmadi, le milieu Mehdi Abeid lui répond

Le 25 avril, l’ex-arbitre français Tony Chapron s’en est également pris à Djamel Belmadi sur le plateau d’une émission de Canal Plus. « C’est gravissime ce qu’il dit. Il devrait être suspendu pour un moment car c’est clairement un appel à la violence. Vous vous rendez compte du délire de ses propos ? s’insurge-t-il durant le Late Football Club. Il ne se rend pas compte que ce sont les Algériens qui ont raté le match. Les médiocres sont toujours comme ça, ils cherchent des boucs émissaires. C’est le cas de Belmadi ». Il conclut : « Je l’ai toujours dit, les champions trouvent des solutions et les médiocres cherchent des excuses. Typiquement, Belmadi est un médiocre. »

Une attaque qui a fait réagir un des joueurs de l’équipe nationale, Mehdi Abeid. Le milieu de terrain a rappelé à l’ex-homme en noir comment il avait fait le buzz en essayant de tacler rageusement un joueur nantais, lors d’une rencontre de championnat de France, en 2018 : « Niveau médiocrité, on ne peut pas tomber plus bas. En insultant Djamel de "médiocre", c’est tout un pays et une équipe que vous irritez. Avez-vous seulement regardé le match ? »

La Fédération camerounaise menace, la Fédération algérienne se moque

Côté instances, on en est peut-être par ailleurs qu’au début d’un long feuilleton. Le 25 avril, la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) s’est insurgée aux sujets d’autres propos tenus par Djamel Belmadi (« Plus jamais de la vie on ne laissera deux-trois personnes conspirer contre notre pays. ») qu’elle assimile à des accusations de tricherie. « Le Cameroun se réserve le droit de porter l’affaire dans les prochains jours devant la Commission d’éthique de la FIFA, souligne l’instance présidée par Samuel Eto’o. La Fécafoot conteste ces allégations diffamatoires instillées de manière allusive et formulées de façons répétitives par les dirigeants algériens du football ».

Loin de calmer le jeu, la FAF a répondu à la Fécafoot, ce 27 avril. « La FAF et le sélectionneur national, M. Djamel Belamdi, dans l’interview dont fait référence ce communiqué n’ont, à aucun moment, insinué, cité et encore moins accusé la Fécafoot ou une autre fédération ou bien une instance internationale de quoi que ce soit, affirme un communiqué. Par contre, ils ont à maintes reprises dénoncé légitimement le comportement de certains arbitres dont les décisions et les attitudes ont influé négativement sur le déroulement, voire le résultat d’un match ».

Une procédure en cours à la FIFA ?

Ironique, la Fédération algérienne conclut : « la FAF se réjouit d’avance et se fera un réel plaisir d’accompagner la Fécafoot dans sa quête de mettre toute la lumière sur cette affaire devant la Commission d’Ethique de la FIFA. » Le 18 avril, la FAF avait indiqué avoir saisi la Commission d’arbitrage de la FIFA. Les chances de voir le match Algérie-Cameroun être rejoué – comme Afrique du Sud – Sénégal pour le Mondial 2018 – ou que les Lions Indomptables soient déclarés perdants par forfait paraissent faibles. Car le règlement du Mondial 2022 (chapitre 8, paragraphe 6) est clair sur le sujet : « Aucune réclamation ne peut être faite contre les décisions de l'arbitre concernant les faits liés avec jeu. Ces décisions sont définitives et sans appel, sauf disposition contraire stipulé dans le Code disciplinaire de la FIFA. »

Ce texte prévoit en revanche en cas de manipulation de match, au chapitre 18, paragraphe 2 : « Si un joueur ou officiel est impliqué dans un comportement décrit à l’alinéa 1 du présent article, son association ou son club pourra voir le match concerné perdu par forfait ou être déclaré inéligible pour une autre compétition, sous réserve que l’intégrité de la compétition concernée soit préservée. »

Ce 27 avril, le journal arabophone Al Quds Al Arabi affirme dans un article intitulé « La Fédération camerounaise confirme les doutes » que la FAF aurait porté de lourdes accusations envers son homologue. Les polémiques au sujet du match Algérie – Cameroun sont elles loin d’être finies…

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles