Algérie : 2021, année politique

Par Adlène Meddi, à Alger
·1 min de lecture
L'année 2021 sera importante pour le président Tebboune et l'Algérie. 
L'année 2021 sera importante pour le président Tebboune et l'Algérie.

À son retour, le 29 décembre dernier, après près de deux mois d'hospitalisation et de convalescence en Allemagne, le président Abdelmadjid Tebboune a inauguré la reprise de ses activités publiques par la signature de la loi de finances 2021 et du décret présidentiel portant promulgation dans le Journal officiel de l'amendement de la nouvelle Constitution. Pour rappel, le référendum sur la nouvelle Constitution, le 1er novembre 2020, a enregistré une abstention record, avec 23,72 % de taux de participation. Du coup, et depuis ce 1er janvier 2021, l'Algérie s'est dotée d'une nouvelle loi fondamentale qui impose un ruissellement d'amendements et d'ajustements des codes et des lois en vigueur. La prochaine étape annoncée dans le calendrier politique est l'amendement de la loi électorale. Une commission de juristes, la même qui a travaillé sur la réforme constitutionnelle, a été chargée en septembre de plancher sur ce chantier.

Lire aussi Algérie : l'union sacrée de l'armée contre la thèse du « complot » ?

Des législatives anticipées avant fin juin ?

Le 13 décembre, lors de sa première apparition à partir de Berlin depuis son hospitalisation fin octobre, M. Tebboune avait annoncé qu'il avait « demandé à la présidence de prendre attache avec la commission chargée de la rédaction du nouveau Code électoral et qu'elle accélère dans sa mission pour que ce texte soit prêt dans 10 à 15 jours au plus tard ». Mais, pour le moment, la commission n'a rien annoncé de nouveau [...] Lire la suite