Algérie : 10 ans de prison requis pour « offense à l'islam »

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
Yacine Mebarki a un profil double de militant de la cause amazigh et du hirak.
Yacine Mebarki a un profil double de militant de la cause amazigh et du hirak.

Le parquet algérien a réclamé mercredi en appel la confirmation de la peine de dix ans de prison ferme prononcée contre le militant du mouvement de protestation antirégime Yacine Mebarki, accusé notamment de « profanation » du Coran et d'« offense à l'islam ». Pour rappel, M. Mebarki a été condamné le 8 octobre à dix ans d'emprisonnement et à une lourde amende de 10 millions de dinars (66 000 euros) par le tribunal de Khenchela (nord-est). Il s'agit de la peine la plus sévère visant un militant du « hirak », le mouvement de protestation populaire contre le pouvoir en Algérie né en février 2019, selon le Comité national de libération des détenus (CNLD), une association de soutien aux prisonniers d'opinion. Le verdict est attendu le 25 novembre, a précisé le CNLD. Cette condamnation s'inscrit dans une vague de répression ciblant quotidiennement des militants du « hirak », des opposants politiques, des journalistes et des blogueurs. Près de 90 personnes sont actuellement emprisonnées en Algérie pour des faits liés au « hirak » et/ou aux libertés individuelles. Des charges basées pour beaucoup sur des publications sur Facebook, d'après le CNLD.

Lire aussi Khaled Drareni, autant journaliste que symbole d'une Algérie qui veut respirer

Mebarki, un militant de la cause amazigh et du hirak

Yacine Mebarki, 52 ans, avait été arrêté le 30 septembre après une perquisition à son domicile. Il a notamment été reconnu coupable d'« offense aux préceptes de l'islam », de « prof [...] Lire la suite