Alfortville : 150 timbres à l’effigie du pont du Port-à-l’Anglais

F.D.
Alfortville, ce samedi. Jean-Pierre Vincent, président du club de philatélie d’Alfortville, montre le timbre à l’effigie du pont du Port-à-l’Anglais

Le club de philatélie de la ville l’a édité pour fêter les 80 ans de l’association.


Il a 90 ans et c’est une star plus que jamais. Le pont du Port-à-l’Anglais, en fête la semaine dernière pour l’inauguration de son illumination, figure désormais sur un timbre, comme d’autres célèbres « monuments ». Il vient d’être édité à 150 exemplaires (à 1,20 €) par le club de philatélie d’Alfortville, qui fête cette année ses 80 ans avec une exposition au « 148 ».

Le timbre montre une image actuelle de l’édifice, grossie à l’aide d’une loupe, outil indispensable de ces passionnés. Une carte postale le représente également, aux côtés de l’hôtel Chinagora et de la mairie. Pourquoi lui ? « C’est l’emblème de la ville ! » répond Jean-Pierre Vincent, son président, comme si la question ne se posait même pas.

Inauguration ou pas, réhabilitation ou non, le club aurait de toute façon choisi le pont. Jean-Pierre Vincent est arrivé à Alfortville en 1977, mais il ne se souvient pas l’avoir connu illuminé. Une dame venue découvrir l’exposition, si. « C’est comme quand on raconte la guerre de 14 ou de 40, chacun a sa version », balaie le président.

Son image est aujourd’hui figée sur un timbre. Il aura fallu une « dizaine » de propositions avant que la version définitive ne soit acceptée par la Poste. « Il nous a fallu cinq ans pour pouvoir faire un timbre sur la Bièvre », rapporte un membre du club de philatélie de Gentilly. C’était à l’occasion du projet de renaturation de la rivière.

Le timbre représentant le pont sera vendu le temps de l’exposition, jusqu’au 17 avril. C’est l’un des événements récurrents du club pour ouvrir le monde de la philatélie et des collections aux non-initiés.

Au 148, avenue Paul-Vaillant-Couturier. Tous les jours de 15 heures à 18 heures. Et aussi mercredi, samedi et dimanche matin, de 9 h 30 à 12 heures.











Retrouvez cet article sur LeParisien.fr

A Bonneuil, la rue d’Estienne-d’Orves relie passé et futur
Créteil : Derichebourg rachète la Pyramide de Pernod
Meurtre à Villejuif : la piste d’un rôdeur sur fond de rencontre gay
Villeneuve-Saint-Georges : leur parking est une décharge à ciel ouvert
Villeneuve-le-Roi : ADP devra réexaminer la demande d’aide à l’insonorisation de Valophis