Alexis Kohler : L'homme fort de Macron qui n'a pas vu grandir ses enfants Pauline, Victoire et Cyprien...

L'automne dernier, le magazine L'Obs consacrait sa couverture à l'homme de l'ombre d'Emmanuel Macron, Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée. Décrit comme le jumeau du président avec qui il se comprend sans se parler, il est de nouveau sous les projecteurs, ceux de Paris Match. Cette fois, l'hebdomadaire retrace son bilan après un quinquennat intense qu'il a assuré avec une loyauté folle et s'interroge sur la suite pour cet homme en qui le chef de l'Etat réélu le 24 avril et réinvesti le 7 mai a tant confiance. Travailleur acharné et loyal, il a toutefois dû sacrifier sa vie personnelle pour son métier.

Tant de nuits trouées pour Alexis Kohler qui n'a cessé de terminer ses dossiers. Il dira tout simplement : "Je sais pourquoi j'ai signé", quand on lui fait remarquer son nombre d'heures travaillées. Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Alain Minc... Nombreux sont ceux qui le poussent à changer de secrétaire général qui représente selon eux "la quintessence du technocrate" qu'on accuse de tous les problèmes du mandat. Mais Emmanuel Macron sait ce qu'il doit à celui qui est resté durant cinq ans sans faillir.

Selon Brigitte Macron, Alexis Kohler et le président ne font qu'un. Toutefois, il a une vie privée, malgré ce que les apparences laissent voir de son existence monacale à l'Elysée. Il est marié à Sylvie, son amour de jeunesse, "une passionnée de théâtre, coach qui, durant la campagne, aida...

Lire la suite


À lire aussi

"Ne pas voir grandir mes enfants..." : Renaud, addict à la cigarette, se confie sur ses angoisses
Elodie Gossuin maman de 4 enfants : ses derniers, Léonard et Joséphine, sont déjà si grands !
David Guetta : Rare selfie avec ses deux enfants, sa fille Angie a encore grandi !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles