Alexis Corbière n’aurait pas pu faire pire lapsus en parlant de Jean-Luc Mélenchon sur franceinfo

Dans le contexte, Alexis Corbière n’aurait pas pu faire pire lapsus.
franceinfo Dans le contexte, Alexis Corbière n’aurait pas pu faire pire lapsus.

POLITIQUE - Ça tombe mal. Le député LFI Alexis Corbière s’est emmêlé les pinceaux ce jeudi 16 novembre entre les noms de deux personnalités politiques : le fondateur du mouvement de gauche radicale Jean-Luc Mélenchon et… Jean-Marie Le Pen, fondateur du Rassemblement national.

Le député de Seine-Saint-Denis était invité sur franceinfo à réagir sur l’état de la NUPES, dans une très mauvaise passe depuis les critiques et la prise de distance des socialistes, communistes et écologistes vis-à-vis de la France insoumise, sur fond de conflit entre Israël et le Hamas. « Je suis pour que continue l’idée de l’unité, du rassemblement. Jean-Marie Le P… », déclare Alexis Corbière, avant de se reprendre immédiatement : « Jean-Marie Le Pen… Oula quelle horreur…  », s’interrompt-il.

La journaliste Salhia Brakhlia sursaute : « Jean-Luc Mélenchon, vous alliez dire ? ». Alexis Corbière tente de passer à autre chose : « Non, allez, on arrête ». « Mais vous alliez dire quoi ? », insiste la journaliste. « J’allais dire Jean-Luc Mélenchon », reconnaît l’élu.

« Jean-Marie Le Pen a fait de l’antisémitisme »

Quelques instants plus tôt, Alexis Corbière, interrogé sur la non-participation de La France insoumise à la marche contre l’antisémitisme le 12 novembre, a dit comprendre la difficulté de « manifester contre l’antisémitisme avec madame Le Pen » qui « a été porte-parole, directrice de campagne de Jean-Marie Le Pen, qui a été le principal émetteur de discours antisémite dans la société, en expliquant que les chambres à gaz c’était un détail de l’histoire », a-t-il rappelé.

Il est également revenu sur la déclaration de Jordan Bardella qui a estimé le 5 novembre que Jean-Marie Le Pen « n’était pas antisémite ». « Jean-Marie Le Pen, (pendant) 20 ans, a fait de l’antisémitisme », a-t-il souligné.

La France insoumise est régulièrement renvoyée dos à dos avec le Rassemblement national de Marine Le Pen, notamment par une partie de la droite ainsi que par certains membres du gouvernement qui placent les deux hors de « l’arc républicain ». « Jean-Luc Mélenchon est le miroir inversé de Jean-Marie Le Pen. C’est la même folie, c’est le même goût de la provocation », allait jusqu’à déclarer le 2 novembre sur Europe 1 le maire de Béziers Robert Ménard, proche du RN. Autant de critiques qui ulcèrent les élus LFI, qui accusent ceux qui le font de favoriser la banalisation de l’extrême droite.

À voir également sur Le HuffPost :

Marche contre l’antisémitisme : ce qu’il faut retenir du défilé à Paris qui a rassemblé une grande foule dans le calme

Le rassemblement de La France Insoumise contre l’antisémitisme près du Vel’ d’Hiv perturbé