Alexeï Navalny : "Ils ne veulent pas le laisser vivre, mais ils ne peuvent peut-être pas le laisser mourir", explique Marie Mendras, chercheure au CNRS

franceinfo
·1 min de lecture

"Ils ne veulent pas le laisser vivre, mais ils ne peuvent peut-être pas le laisser mourir", explique sur franceinfo Marie Mendras, chercheure au CNRS et professeure à Sciences Po, alors que l'état de santé d'Alexeï Navalny, l'opposant russe emprisonné, est de plus en plus inquiétant et que la pression s'accroit sur Moscou autour de la situation ukrainienne.

La France qui menace la Russie de sanctions, les États-Unis qui ont récemment sanctionné Moscou pour piratage ... pourquoi Moscou maintient la pression, sept ans après le début de la guerre dans le Donbass ?

Marie Mendras : Vladimir Poutine essaie de rentrer dans un nouveau bras de fer parce qu'il se trouve lui-même en grande difficulté chez lui. Je crois qu'il essaie aussi de détourner l'attention de l'assassinat re-programmé d'Alexeï Navalny, puisqu'ils n'ont pas réussi à l'empoisonner en août dernier. La réaction des pays voisins et occidentaux ne peut être que la plus grande fermeté sur ces menaces de nouvelles attaques sur le sol ukrainien. Mais ce qu'a dit le président Macron à CBS News, malheureusement, il n'y a rien de nouveau. C'est toujours un peu plus de sanctions, ce qu'on fait quand même depuis maintenant sept ans. Dire qu'il faut continuer le dialogue avec la Russie, c'est ce qu'on fait depuis sept ans. Le problème c'est qu'on ne peut pas dialoguer avec les Russes, on dialogue uniquement avec Vladimir Poutine, qui n'est absolument pas ouvert au dialogue.

Donc ces menaces de sanctions, Vladimir Poutine n'y (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi