Alexeï Navalny : l’opposant politique hospitalisé en Russie

Les proches d’Alexeï Navalny alertent, et craignent pour la vie de l’opposant russe. Les États-Unis ont promis des conséquences en cas de décès, et d’autres puissances étrangères ont suivi. La première conséquence a été le transfert du premier opposant de Vladimir Poutine vers un hôpital pour prisonnier. Il faut dire que son état de santé inquiète. Il a entamé une grève de la faim il y a trois semaines, en détention. Sa grève vise à protester contre ses mauvaises conditions de détention. 17kg en moins Il aurait perdu 17 kg et se plaint de douleurs au dos. Sa vision a baissé, il décrit avoir été privé de sommeil, souffrir d’insuffisance rénale et de problèmes respiratoires. Jusqu’ici détenu dans un centre pénitentiaire, il a été transféré le 19 avril dans une unité hospitalière. Ses partisans expliquent qu’il risque de mourir à tout moment d’un arrêt cardiaque et ses médecins personnels ont tenté de venir le voir, mais l’accès a été refusé. L’Europe demande un accès à des médecins de confiance.