Alexeï Navalny dénonce des « tortures » et entame une grève de la faim

Source AFP
·1 min de lecture
L'opposant russe Alexeï Navalny a annoncé mercredi une grève de la faim.
L'opposant russe Alexeï Navalny a annoncé mercredi une grève de la faim.

Après plus d'un mois de détention, le principal opposant à Vladimir Poutine dit vivre dans des conditions insupportables. Alexeï Navalny, incarcéré dans une colonie pénitentiaire, a annoncé mercredi une grève de la faim, dénonçant l'absence d'accès à des soins et une « torture » par privation de sommeil. « Je déclare une grève de la faim pour demander l'application de la loi et pour qu'on laisse un médecin venir me voir », a écrit sur son compte Instagram M. Navalny, qui dit souffrir de douleurs au dos et aux jambes. « Qu'est-ce que je peux faire d'autre ? J'ai le droit de faire venir un docteur et de recevoir des médicaments. On ne me donne bêtement ni l'un ni l'autre », a-t-il poursuivi.

Cette annonce intervient alors que ce féroce critique du Kremlin a affirmé la semaine dernière que sa santé se détériorait. Victime d'un empoisonnement à un agent neurotoxique en août dernier, il en impute la responsabilité au Kremlin, qui rejette toute implication. Militant anticorruption et critique féroce du président Vladimir Poutine, il a été arrêté en janvier, sitôt rentré en Russie de l'Allemagne où il était en convalescence.

Un état « satisfaisant » pour l'administration pénitentiaire

En février, il a été condamné à deux ans et demi de prison pour une affaire de fraude datant de 2014, que lui-même, les ONG et de nombreuses capitales occidentales jugent politique. La semaine dernière, ses proches ont dit craindre pour sa santé en détention, l'opposant se plaignant de [...] Lire la suite