Alexandre Benalla a "personnellement" négocié un contrat russe depuis l'Élysée, selon Mediapart

Rédaction du HuffPost
Alexandre Benalla, ici avec Vincent Crase le 1er mai à Paris, a

ALEXANDRE BENALLA - Le volet russe de l'enquête sur Alexandre Benalla est-il une "affaire de cornecul", comme le dit le ministre de l'Intérieur? Pas si l'on en croit Mediapart, qui confirme ce lundi 11 février que l'ancien chargé de mission a conclu, alors qu'il était en poste à l'Élysée, un contrat de sécurité de près de 300.000 euros avec un proche de Vladimir Poutine.

Le parquet national financier (PNF) avait annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour "corruption" concernant ce contrat, à la suite, déjà, des révélations de Mediapart et la publication d'un enregistrement compromettant d'une conversation entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, ancien employé de La République en marche.

Des rendez-vous près de l'Élysée et au siège de LREM

Dans sa nouvelle enquête, Mediapart indique qu'Alexandre Benalla "a personnellement négocié de bout en bout" ce contrat de sécurité de 294.000 euros avec Iskander Makhmudov, un oligarque russe proche du Kremlin, dont le média français en ligne explique qu'il est "lié à la mafia" et cité dans deux affaires en Espagne et en Allemagne, soupçonné d'avoir blanchi de l'argent de la mafia russe.

Le président de la société de protection privée Velours, sous-traitante du contrat russe, a confirmé à Mediapart puis sur le plateau de BFMTV qu'Alexandre Benalla, lui-même ancien employé de Velours entre 2014 et 2015, était entré en contact avec lui début 2018 pour lui proposer un marché avec "un ami".

Jean-Maurice Bernard, ancien officier de l'Office central de lutte contre le crime organisé, indique que plusieurs réunions ont eu lieu pour conclure ce contrat de protection privée de la famille Makhmudov. L'une d'elles a lieu dans un bar à chicha près de l'Élysée à la mi-mars. Alexandre Benalla s'y présente accompagné de Vincent Crase, réserviste du commandement militaire, et responsable de la sécurité de La République en marche.

D'après Mediapart, d'autres rendez-vous à ce sujet auront lieu dans ce même café mais aussi au siège de...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post