Alessandra Sublet vivement critiquée à l'animation du Grand concours : elle réplique !

·1 min de lecture

Alessandra Sublet a longuement hésité avant d’accepter le défi. Le 22 janvier dernier, l’animatrice de TF1 prenait les commandes du Grand concours des animateurs, remplaçant Laurence Boccolini, désormais visage de France 2. Une édition spéciale dont les profits allaient aux Pièces Jaunes. C’est d’ailleurs ce qui a convaincu Alessandra Sublet d’accepter d’animer ce jeu. « Quand Ara Aprikian [directeur général adjoint responsable des contenus du groupe TF1, ndlr] m'a proposé l'émission, j'ai dit non car je ne la regardais pas », a révélé la principale intéressée à Pure Médias le 5 février dernier. Une fois ce challenge accepté, l’animatrice a suivi un « petit training » afin d’être à la hauteur pour cet exercice qu’elle n’avait encore jamais réalisé auparavant. Sauf que les férus du jeu n’ont pas été convaincus par la prestation de cette dernière. Au cours de la diffusion, Alessandra Sublet a été vivement critiquée. « Alessandra Sublet ça passe vraiment pas, elle est fausse et mauvaise je trouve », « Oh non pitié ! Pas Alessandra Sublet ! Elle est bête à bouffer du foin… », pouvait-on lire notamment sur Twitter.

Des attaques qui ne semblent pas toucher la maman de Charlie et Alphonse. « Que ma prestation ait convaincu ou pas, je me suis bien marrée », a-t-elle assuré, avant de surenchérir : « Je l'ai fait de façon tout à fait naturelle et, que ça plaise ou pas, ça a marché. Comme je l'ai écrit récemment : l'audience est reine, Twitter n'accède même pas au trône… ». Ce soir-là, Le (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Les aventures du jeune Voltaire : qui est Thomas Solivérès héros de la série de France 2 ?
VIDEO Pierre Niney interpelle Roselyne Bachelot, elle lui répond sur BFMTV
Gisele Bündchen fière comme jamais de son mari Tom Brady, vainqueur du Super Bowl
Lola Marois dévoile la surprenante dédicace à Jean-Marie Bigard dans son livre
Jean-François Piège défavorisé par le guide Michelin ? Il réagit à la perte de son étoile