Alerte enlèvement : Mia, fillette de 8 ans, a été enlevée dans les Vosges

·2 min de lecture

Le dispositif Alerte enlèvement a été déclenché mardi pour une petite fille de huit ans, enlevée par trois hommes alors qu'elle était chez sa grand-mère dans les Vosges, ont indiqué la gendarmerie et le procureur de la République d'Epinal.

Le dispositif Alerte enlèvement a été déclenché mardi pour une petite fille de huit ans, enlevée par trois hommes alors qu'elle était chez sa grand-mère dans les Vosges, ont indiqué la gendarmerie et le procureur de la République d'Epinal.

"Mia Montemaggi, fillette de 8 ans, de type européen, mesur(e) 1m30, yeux bruns, cheveux longs et bruns avec une frange", détaille l'alerte.

Elle est "porteuse de petites boucles d'oreilles en or avec un dessin rouge, habillée d'un pantalon noir, d'un t-shirt, d'un gilet gris zippé avec des points dorés, d'une doudoune blanche avec des pois noirs et doublure en fourrure blanche".

La petite fille "a été enlevée à Les Poulières (Vosges) le 13 avril 2021 vers 11h30 par trois hommes de type européen, deux âgés entre 25 et 35 ans, dont l'un serait porteur d'un tatouage en forme de croix au niveau du cou, et un troisième âgé de 45 à 50 ans", poursuit le texte diffusé.

Ces hommes "sont susceptibles de circuler à bord d'un véhicule Volkswagen de type transporter gris anthracite", ajoute-t-il.

"La fillette a été enlevée alors qu'elle était confiée à sa grand-mère maternelle désignée tiers de confiance par le juge des enfants", a précisé à l'AFP le procureur de la République d'Epinal Nicolas Heitz qui prévoit de tenir une conférence de presse mercredi.

La petite Mia "pourrait être accompagnée de sa mère Lola Montemaggi qui n'a pas le droit de la voir seule, âgée de 28 ans, 1m70, très mince, cheveux châtains clairs mi-longs, deux tatouages +étoiles+ à l'intérieur d'un poignet", ajoute le texte de l'alerte enlèvement.

Cette femme pourrait circuler "à bord d'un véhicule Peugeot 207 noir, immatriculé BZ 370 GZ".

Si l'enfant était localisée, la gendarmerie conseille de ne pas intervenir soi-même mais(...)


Lire la suite sur Paris Match