Alec Baldwin : le drame de trop

·1 min de lecture

Sur le plateau d’un western, le vétéran de Hollywood a tiré par accident à balle réelle, tuant Halyna Hutchins, la directrice photo.

La fiction explose en un coup. Le western s’évanouit en même temps qu’une vie humaine. Dans la main d’Alec Baldwin, un flingue censé être un simple accessoire sans munition. Alors pourquoi, face à lui, le réalisateur Joel Souza est-il blessé et la directrice de la photographie, Halyna Hutchins, touchée à la poitrine ? Lui va survivre ; elle sera déclarée morte dans un hôpital d’Albuquerque. Elle avait 42 ans, un mari, un petit garçon nommé Andros et une existence de cinéma qui l’avait portée d’une base militaire soviétique en Arctique, où elle avait grandi, aux nues de Hollywood qui la considérait comme une de ses étoiles montantes. « Il n’y a pas de mots pour exprimer mon choc et ma tristesse face à l’accident tragique qui [lui] a coûté la vie. » Quelques heures après la catastrophe, Baldwin sort de son silence sur Twitter. « Je coopère pleinement à l’enquête policière pour expliquer comment cette tragédie s’est produite. […] Pour son époux, son enfant, tous ceux qui ont connu et aimé Halyna, mon cœur est brisé. »

Deux jours après le drame, Matthew Hutchins publie sur Instagram ce portrait de famille, accompagné de ces quelques mots : "Tu nous manques, Halyna."
Deux jours après le drame, Matthew Hutchins publie sur Instagram ce portrait de famille, accompagné de ces quelques mots : "Tu nous manques, Halyna."

Deux jours après le drame, Matthew Hutchins publie sur Instagram ce portrait de famille, accompagné de ces quelques mots : "Tu nous manques, Halyna." © Instagram (...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles