Aldi, ce discounter allemand qui a faim de France

Par Beatrice Parrino
·1 min de lecture
Un supermarché Aldi à Düsseldorf.
Un supermarché Aldi à Düsseldorf.

Le discounter allemand Aldi compte bien ne plus passer sous le radar des Français. Affichant jusqu'à présent 2,3 % de part de marché du secteur de l'alimentaire selon Kantar, il vient de mettre la main sur 545 Leader Price, ainsi que sur deux supermarchés et trois entrepôts, tous cédés par le groupe Casino, pour un montant de près de 717 millions d'euros. Il s'agirait de la plus importante transaction pour le géant d'Outre-Rhin, né en 1913. Aldi renforce ainsi son propre réseau dans l'Hexagone, doublant quasiment sa part de marché.

Son parc de magasins s'élève aujourd'hui à 862 unités d'environ 1 000 mètres chacun, avec une implantation essentiellement dans le Nord et dans l'Est, plutôt en zone urbaine. « Nous voulons avoir un magasin à 15 minutes de chaque Français », a insisté un de ses représentants, lors d'une visioconférence mardi 1er décembre. L'intégration des magasins Leader Price, qui changeront d'enseigne, se fera tout au long de l'année prochaine.

Lire aussi Bompard, l'agitateur de Carrefour

Aldi est leader en son pays, challenger de luxe dans sept pays européens (Pays-Bas, Belgique, Pologne, etc.), mais un Petit Poucet en France. L'enseigne tient à le rappeler : « Nous sommes les inventeurs du discount. » Seulement 10 % des produits dans ses rayons seraient vendus sous des marques nationales ou internationales. En rachetant ces magasins Leader Price, présents dans les centres-villes, Aldi compter chatouiller les mollets de l'autre discounter allem [...] Lire la suite