Alcool : voilà pourquoi les jeunes filles contrôlent davantage leur consommation en soirée

Two happy young woman hold cocktails / iced coffee with reusable metal straws, and clink them together in a celebratory toast. They laugh and smile. The scene is light hearted, Windows provide a space for copy. (Catherine Falls Commercial via Getty Images)

L’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT) a publié ce 27 avril 2022 une nouvelle enquête à propos de la gestion de la consommation d’alcool chez les jeunes dans des moments propices à l’alcoolisation.

Quelle vision ont les jeunes de leur propre consommation d’alcool en soirée ? C’est la question à laquelle a tenté de répondre la nouvelle enquête sur les Attitudes, représentation, aspirations et motivations lors de l’initiation aux substances psychoactives (ARAMIS 2). En 2017, les premiers résultats de cette enquête avaient mis en lumière une profonde méconnaissance des risques sanitaires chez les adolescents et les jeunes majeurs.

Pour cette nouvelle enquête, 133 jeunes ont été interrogés entre 2020 et 2021, parmi lesquels des adolescents (15 à 18 ans), des jeunes adultes (jusqu’à 23 ans) et des parents de mineurs (de 15 à 17 ans). Et les résultats montrent que les consommations sont traversées par des enjeux de différenciation sociale et de genre.

Les soirées, un "moment de sociabilité" régi par les frontières sociales

Les soirées sont un passage phare de l’adolescence, permettant le renforcement d’amitiés. Elles peuvent néanmoins renforcer les frontières entre différents groupes sociaux, notamment entre un groupe rural, plutôt peu aisé et un milieu urbain, davantage "urbain". Et la consommation d’alcool peut varier selon les normes d’usage du groupe d’amis : "Je pense que selon les différents groupes d’amis, je ne vais pas faire le même genre de soirée, donc je ne vais peut-être pas boire de la même façon", confie Aline, 19 ans, qui a participé à l’enquête.

La réputation d’un groupe se confond parfois avec son (...)

Lire la suite sur Topsante.com

VIDÉO - Même une consommation modérée d'alcool pourrait être néfaste pour le cerveau

Cancer du sein triple négatif : un diagnostic précoce nécessaire
Peut-on prévenir le suicide des adolescents ?
Rougeole : 80% de cas en plus sur les deux premiers mois de 2022
Paxlovid (ritonavir) : le traitement anti-Covid de Pfizer en 5 questions
CHIFFRES COVID. Le bilan en France ce jeudi 28 avril en direct : annonces, chiffres

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles