Alcool, sabotage: selon Kiev et Washington, le moral de certains soldats russes est au plus bas

Un soldat russe devant une centrale électrique près de la ville de Shchastya, dans le sud-est de l'Ukraine lors d'une visite du site organisée par l'armée russe, le 13 avril 2022 - Alexander NEMENOV © 2019 AFP
Un soldat russe devant une centrale électrique près de la ville de Shchastya, dans le sud-est de l'Ukraine lors d'une visite du site organisée par l'armée russe, le 13 avril 2022 - Alexander NEMENOV © 2019 AFP

876450610001_6305958578112

Les troupes russes se trouvant en Ukraine présentent un moral bas et font preuve de mauvaise discipline alors que le conflit s'enlise, plus de deux mois après le début de l'invasion ordonnée par Moscou. C'est du moins ce qui ressort d'une note des analystes américains de l'Institute for the Study of War parue le lundi 9 mai et basée sur des déclarations de hauts responsables américains et ukrainiens.

Selon un haut responsable du Pentagone, la Russie est en effet confrontée à des problèmes de logistique dans le Donbass, région où se concentrent la majeure partie des combats. Les grands généraux russes présents au Donbass seraient là-bas confrontés à la désobéissance des troupes. Une situation qui, selon les responsables occidentaux, a poussé la Russie à déployer davantage de généraux.

Des soldats qui ciblent leurs propres véhicules

Les soldats de Vladimir Poutine se trouvant dans la région de Zaporijia sont dans une situation psychologique telle qu'ils abusent de l'alcool, tirent sur leurs propres véhicules - une vingtaine selon les autorités militaires de Zaporijia - pour éviter d'aller au front. Des informations qui concordent avec celles de l'armée ukrainienne, celle-ci évoquant des unités russes se plaignant de l'inefficacité des attaques, notamment à Houliaïpole.

"Les pertes de l'adversaire affectent considérablement la condition morale et psychologique globale et provoquent le refus de militaires à participer davantage au combat contre l'Ukraine", indique l'État-major général des forces armées ukrainiennes sur Facebook.

Toutes les troupes ne sont pas concernées

Nicolas Tenzer, professeur à Sciences Po et spécialiste de l'Ukraine et de la Russie, appelle toutefois sur BFMTV à ne pas faire de généralités: "ça ne veut pas dire qu'il s'agit de toute l'armée russe, ce sont des phénomènes qu'on a déjà observé, cela ne concerne pas forcément toutes les forces dans tous les lieux".

"On sait aussi qu'il y a un certain nombre de troupes nouvelles qui sont arrivées dans le Donbass, des troupes extrêmement entraînées et intelligentes", évoque sur notre antenne Lucas Menget, spécialiste des zones de conflit. 876450610001_6305952644112

Le bilan russe reste un mystère

"Malgré les faiblesses d'un certain nombre d'unités [...] on voit bien qu'il y a une capacité qui va leur permettre de poursuivre la guerre", analyse Ulysse Gosset, éditorialiste politique internationale pour BFMTV.

Le nombre de soldats russes tués depuis le début de la guerre le 24 février 2022 est un mystère que se garde bien de dévoiler le Kremlin. Lundi, Vladimir Poutine a adressé un message à ses forces armées: "vous vous battez pour la patrie, pour son avenir".

"Une menace absolument inacceptable se constituait, directement à nos frontières", a affirmé le président russe, accusant encore une fois son voisin de néonazisme, et s'engageant à "faire tout pour que l'horreur d'une guerre globale ne se répète pas".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles