Albon sera "bien mieux préparé" à Melbourne qu'en 2019

Benjamin Vinel

chez Red Bull à la mi-saison 2019 grâce à des débuts convaincants et aux performances en demi-teinte du Français.

Alexander Albon, Red Bull Racing

Alexander Albon, Red Bull Racing Andrew Hone / Motorsport Images

Andrew Hone / Motorsport Images

Un travail plus productif lors de la pré-saison

Albon avait débarqué chez sans la moindre expérience de la Formule 1, contrairement aux autres rookies tels que George Russell et Lando Norris, et n'avait donc eu que quatre journées d'essais hivernaux pour s'acclimater avant d'être lancé dans le grand bain. Sa tâche a ensuite été compliquée lorsqu'il a dû découvrir la RB15 en cours de saison.

"La Formule 1 m'est désormais familière, du moins l'environnement", estime le pilote . "Et ça va devenir un peu plus normal, même si cette année [2019] n'a pas été si normale. J'ai énormément appris sur la Formule 1 et son fonctionnement avec la Toro Rosso. Puis cela a changé. C'était presque comme repartir de la case départ. Mais au moins, maintenant, nous avons des bases vraiment solides."

Il souligne : "On ne peut pas changer grand-chose [lors d'un week-end de Grand Prix], car on ne peut pas prendre de risque. Mais je pense que l'équipe comprend déjà vraiment ce que je veux dans la voiture."

"Aux essais [de pré-saison], l'ambiance est forcément un peu différente. Il y a des comparaisons plus utiles, pas comme en EL1 et en EL2 quand on a quatre heures entre les séances. C'est un moment très important où il faut vraiment se focaliser sur le temps que l'on a et son organisation afin d'en tirer le meilleur. Car même si nous disons qu'il est temps d'apprendre et de mener des expériences, nous n'avons que trois jours d'essais avant d'arriver à Melbourne [six au total pour l'écurie, ndlr]. Cela reste limité, mais bien sûr, c'est mieux que rien."

Lire aussi :

Verstappen accélère l'apprentissage d'Albon chez Red Bull

Directeur de Red Bull Racing, Christian Horner n'a en tout cas aucun regret quant à la promotion d'Albon au sein de l'écurie mère. Son nouveau pilote n'a pas fait mieux que Pierre Gasly en performance pure par rapport à en qualifications, mais il était bien plus proche de son chef de file en course, ce malgré son manque d'expérience au volant de cette monoplace.

"Nous avons changé de pilote à la mi-saison, et je pense que c'était la bonne chose à faire. Je pense qu'Alex a mérité son baquet pour l'an prochain. Il est facile d'oublier que c'était sa première année en F1, et il ne fait que s'améliorer, tout comme sa compréhension de ces pneus et de la complexité de ces voitures. Le dimanche, son rythme est de plus en plus proche [de celui de Verstappen]. Je pense qu'avec un bon hiver et une bonne pré-saison, son expérience récente fera de lui un pilote bien mieux préparé au moment d'aller à Melbourne", conclut Horner.