Alber Elbaz : le célèbre créateur et ex-directeur artistique de Lanvin est mort emporté par la Covid

·1 min de lecture

Connu pour sa touche de modernité apportée à Lanvin et sa personnalité bouillonnante, la mode perd un allié de taille. Ce samedi 24 avril, Alber Elbaz est décédé dans l'Hôpital Américain de Paris à seulement 59 ans, selon les informations dévoilées par le Women's Wear Daily. La triste nouvelle a été confirmée par Johann Rupert, fondateur et président de Richemont, son collaborateur au sein de AZ Factory, son dernier projet : "Je n'ai pas seulement perdu un collègue, mais aussi un ami très cher." Ce dernier a été emporté par la Covid-19, tout comme le créateur Kenzo Takada en octobre dernier.

De 2001 à 2015, Alber Elbaz a donné un second souffle à la mode Lanvin. Celle-ci est devenue l'une des grandes maisons de mode parisiennes sous son impulsion, et c'est ainsi qu'il assoit sa réputation de designer iconique. L'aventure prend fin après trois saisons pour cause de licenciement. Pendant cinq ans, le créateur prend une pause. Ce n'est seulement qu'en janvier dernier qu'il revient sur le devant de la scène en présentant sa nouvelle griffe articulée autour de la mode inclusive : AZ Factory. "Ce fut un grand privilège de regarder Alber dans sa dernière tentative alors qu'il travaillait à réaliser son rêve d'une "mode intelligente qui se soucie" de la femme, souligne Johann Rupert très ému.

De l'Israël où il passe son enfance, aux ateliers de créateurs de New York à Paris, Alber Elbaz était voué à devenir un nom dans le milieu de la mode. Il fait ses débuts aux côtés du couturier Geoffrey (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le saviez-vous ? Pékin express : les candidates doivent toutes faire un test de grossesse
François Hollande et Emmanuel Macron même combat : "Il n'y a pas eu de big bang"
Kate Middleton : "la glue" qui maintient l'apaisement dans la famille royale
Meghan Markle et Harry : ce projet "offensant" pour la duchesse qu'ils ont rejeté
"On est dans la merde" : l'absence de Nicolas Sarkozy inquiète