Alain Duhamel : "Jean Castex, l'autorité derrière un côté bonhomme"

·1 min de lecture

"Pour définir Jean Castex, je parlerais d''autorité cordiale'. Il a marqué dès le départ qu'il était homme de décision, d'autorité, de hiérarchie. Mais alors qu'Édouard Philippe pratiquait une autorité régalienne assez classique sous la Ve République, chez Castex, l'autorité se cache derrière un petit côté bonhomme, du moins en apparence. Il ressemble à ces présidents du Conseil radicaux venus du Sud-Ouest, sous la IIIe République : des gens d'autorité, mais d'allure bonhomme. ­Castex, c'est l'homme de la province, de la France éternelle, du Midi.

Lire aussi - A Matignon, Jean Castex recrute à droite, à gauche... et à l'Élysée

Comme tout 'deuxième Premier ministre' d'un mandat présidentiel, il représente une rectification par rapport au 'premier Premier ministre' notamment par rapport aux partenaires sociaux et aux territoires. Cela dit, remplacer Édouard  Philippe n'est pas facile! Il est le Premier ministre sortant le plus populaire depuis Michel Rocard, c'est un souvenir qu'il faut arriver à exorciser assez vite. D'où l'activisme de Castex, qui se montre hyper présent et hyper réactif. Son profil politique, en réalité, n'est pas inédit.

Castex entre dans la catégorie de l'homme de confiance du Président

Si l'on regarde l'histoire de la Ve, l'on s'aperçoit que le 'premier Premier ministre' d'un mandat est toujours un allié avec un poids spécifique : Chirac et Giscard, Mauroy et ­Mitterrand, puis Rocard et  Mitterrand, ­Raffarin et Chirac… Mais le 'deuxième Premier ministre' ...


Lire la suite sur LeJDD