Alain Damasio : « le décrochage technologique se traduira par un plaisir de vivre beaucoup plus intense »

GoodPlanet Mag
·2 min de lecture

De La Zone du Dehors en 1999 en passant par La Horde du Contrevent et Les Furtifs (tous réédités en poche chez Folio, début 2021) à sa dernière nouvelle Scarlet et Novak, sortie en mars 2021, son travail est traversé par une réflexion sur ce que constitue la vitalité de l’existence et la manière de faire un pas de côté dans un monde déshumanisé. Alain Damasio a également pris la plume dans Reporterre, le média écologiste fondé par Hervé Kempf et dans le dernier ouvrage des collapsologues Pablo Servigne et Raphael Stevens où il développe la notion de techococon. Rencontre avec l’auteur culte Alain Damasio.

Alain Damasio. © Adrien Barbier, wikimedia commons, CC 3.0
Alain Damasio. © Adrien Barbier, wikimedia commons, CC 3.0

Votre dernière nouvelle Scarlet et Novak revient sur le rapport quasi-intime que nous entretenons avec nos smartphones. Sommes-nous tous devenus trop assujettis à la technologie et au numérique ?

C’est ma conviction. Surtout, nous sommes tous devenus assujettis en essayant de se cacher la vérité, c’est-à-dire en essayant de se faire croire que nous avons gardé beaucoup de libre arbitre face à ces technologies. Or, nous sommes entrés dans des boucles d’addictions qui relèvent presque du domaine de la drogue. On sait aujourd’hui que ces mécanismes activent des boucles de dopamine. Ainsi, les neurotransmetteurs de la récompense sont régulièrement activés et créent alors de la dépendance. Sans ces injections de dopamine, on se sent malheureux. Les Gafam (Google Amazon Facebook Appel et Microsoft) ont mis en place toute une construction basée sur cette dépendance depuis 25 ans. Ils ont affiné, déployé et raffiné des techniques basées sur le comportementalisme et de nombreux biais cognitifs présents en nous. Tout ça afin que nous passions le maximum de temps sur leurs réseaux, leurs plateformes et leurs applis. Donc, nous sommes libres de ne pas utiliser leurs technologies, on peut ne pas les utiliser. Mais, à partir du moment où on met le doigt dedans, il devient très difficile de s’en défaire et de sortir de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura