Alain Bernard : que devient le double champion olympique de natation ?

·1 min de lecture

14 août 2008. Jeux Olympiques de Pékin (Chine). C'est le grand jour de la finale d'une épreuve reine dans les bassins du monde entier : le 100m nage libre. Alain Bernard, 25 ans, se présente ligne d'eau numéro 5. A sa droite, le favori, l'Australien Eamon Sullivan. La tension est palpable, l'assistance silencieuse jusqu'au top départ... 47'21s plus tard, dans une arena survoltée acquise à sa cause, le natif d'Aubagne termine premier d'une courte tête devant son rival. Et devient ainsi le troisième champion olympique de l'histoire de la natation française après Jean Boiteux sur 400 m nage libre aux Jeux d'Helsinki en 1952 et Laure Manaudou sur 400 m libre aux JO-2004 à Athènes.

La France, séduite par ce géant de près de 2m qui vient de réaliser son rêve, s'empare d'une Bernardmania. On le soutient, on le plébiscite jusqu'à ce qu'il se retire des bassins en 2012 avec un palmarès bien fourni. Retraité certes mais pas inactif, Alain Bernard -qui a tout de même entre temps été gendarme adjoint volontaire pendant 5 ans à Versailles- a multiplié dès lors les engagements caritatifs, les parrainages et les contrats publicitaires. Il a été coach sportif auprès d'entreprises ou de communes. Et est régulièrement appelé par Eurosport ou Canal+ comme consultant pour commenter les diverses manifestations européennes et mondiales de sa discipline. L'athlète faisait même parti en 2015 du jeu d'aventure de TF1 : Dropped. Un jeu au cours duquel périront 10 personnes dont sa grande amie la nageuse (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

"Je ne lui avais pas dit que j'étais gay" : Guillaume Cizeron se confie sur son histoire avec sa "première amoureuse", Deborah
Stéphane Guy, nouveau commentateur de RMC et BFM TV pour l'Euro 2021
Programme TV F1 : sur quelle chaîne et à quelle heure suivre le Grand Prix du Portugal ?
Programme TV MotoGP : sur quelle chaîne et à quelle heure suivre le Grand Prix d'Espagne ?
Christophe Dugarry s'agace de l'absence de Karim Benzema en équipe de France et du mutisme de Didier Deschamps : "Ils ont une fierté immense !"