Alain Bashung et Chloé Mons : nouvelle vie pour leur fille Poppée, "je vais prendre mon appart"

·1 min de lecture

Sur scène, pendant des années, les voix de la chanteuse Chloé Mons et d'Alain Bashung se sont répondu. Ce que l'on ne savait pas, que l'on ne voyait pas, c'est cette petite fille qui, de la coulisse, ne ratait pas une miette du duo de ses parents. Aujourd'hui, assises côte à côte sur le canapé, on sent entre elles un lien si profond qu'il n'a pas besoin d'être visible. Chloé et Poppée. Mère et fille. Pas fusionnelles. Mieux que ça : complices d'âmes. Soudées bien sûr par ce chagrin abyssal qui a suivi la mort d'un amoureux pour l'une et d'un père pour l'autre (Alain Bashung a disparu en 2009), mais, bien avant cela, par l'amour lumineux et indiscutable qui a bercé les premières années de celle qui a célébré le 15 janvier ses 20 ans.

GALA : Comment avez-vous fêté votre anniversaire, Poppée ? POPPÉE : On s'est retrouvés avec quelques amis, c'était très chouette, mais avec le couvre-feu à 18 heures, ce n'était pas non plus la grosse rigolade ! Et avec tout ce qui se passe, même si on a plein de rêves, c'est compliqué de se projeter. On vit dans l'incertitude.

GALA : Vous, Chloé, que faisiez-vous à 20 ans ? CHLOÉ : Je m'apprêtais à quitter Lille, où j'avais fini le Conservatoire, pour venir faire une licence et une maîtrise de cinéma à Paris.

GALA : C'est justement au cinéma que l'on va bientôt vous découvrir, Poppée ?POPPÉE : Oui, je viens de tourner dans la deuxième saison de la série Mytho (prévue sur Arte en 2021, la saison 1 est actuellement sur Netflix, ndlr) et j'ai un (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Gabriel Attal intransigeant : "Marine Le Pen doit être reconduite à la frontière de la vie politique"
Serge Gainsbourg : qui sont ses enfants ainés Natacha et Paul ?
Eric Zemmour se rêve en chef d'État : découvrez ce qui se trame pour la présidentielle 2022
"Choqué et triste" : le prince William ne digère par le comportement d'Harry et Meghan Markle
Mimie Mathy évoque sa peur d'avoir un enfant : "Je ne veux pas créer une secte"