Al-Qaïda : l’intrigant parcours du sniper français d’origine tchétchène

Éric Pelletier et Jérémie Pham-Lê
Khassanbek Tourchaev, 48 ans, est écroué en France depuis son retour du djihad en 2015

Khassanbek Tourchaev, Français d’origine tchétchène de 48 ans, a formé des djihadistes d’Al-Qaïda avant l’ère Daech. Incarcéré depuis trois ans, il est sous la menace d’un procès aux assises.

Le parcours de Khassanbek Tourchaev, qui met en lumière le poids de la communauté tchétchène dans le djihad, prend un relief particulier depuis l’attaque au couteau perpétrée samedi soir à Paris par Khamzat Azimov.

Né comme ce dernier en Tchétchénie, lui aussi naturalisé français, cet islamiste de 48 ans est l’un des premiers combattants partis en zone irako-syrienne. En 2012 précisément, bien avant l’instauration du califat de Daech. Après plusieurs allers-retours entre l’Europe et les rangs d’un groupe djihadiste proche d’Al-Qaïda, où il officiait en tant qu’instructeur des «snipers» (tireurs d’élite), il est arrêté en 2015 et mis en examen. Il dort depuis dans une prison française, dans l’attente de son procès. Particularité de son dossier : la justice peine encore à qualifier ses faits d’armes djihadistes, hésitant entre à le renvoyer devant le tribunal correctionnel ou la cour d’assises.

Athlétique, cheveux blonds et visage sévère, Khassanbek Tourchaev voit le jour le 25 juin 1970, à Grozny, la capitale de Tchétchénie. A 32 ans, sur fond de guerre civile, il gagne la France et s’installe à Lingolsheim (Bas-Rhin). Le grand gaillard se présente comme « le fils d’un ancien ministre du pétrole ».

Dans cette banlieue strasbourgeoise à forte communauté tchétchène, il y fait la rencontre de son épouse, une Française, elle-même originaire du Caucase, avec qui il a plusieurs enfants. Il acquiert la nationalité française en 2008. Comme nombre de ses compatriotes, Tourchaev est un musulman pratiquant. Mais lui prône une lecture rigoriste du Coran.

Doué en tir, il devient l’émir d’un bataillon

Galvanisé par la guerre civile en Syrie, Tourchaev fait sa «hijra» dès 2012. Le père de famille, (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Un détenu fiché S s’évade lors d’un transfert à l’hôpital de Brest
Lot : une enquête ouverte après le décès d’un septuagénaire malgré des appels au Samu
Tentative d’enlèvement à Créteil : la garde à vue levée
Portugal : des footballeurs du Sporting violemment agressés en plein entraînement
L’enquête pour «abus de faiblesse» visant Gérald Darmanin classée sans suite

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages