Non, Al-Jazeera n'a pas publié de vidéo annonçant l'arrestation d'Ukrainiens pro-nazis au Qatar

Une vidéo relayée sur Twitter, Facebook et Telegram affirme que des supporters ukrainiens ont été arrêtés au Qatar après avoir inscrit des symboles nazis sur un visuel de la mascotte du Mondial de football, La'eeb. Une "information" que nombre d'internautes attribuent à Al-Jazeera, le logo de la chaîne figurant en évidence dans cette séquence de 46 secondes. Mais celle-ci ne figure pas sur le site d'Al-Jazeera, qui indique à l'AFP ne "jamais l'avoir publiée" et dénonce "une vidéo complètement fausse" usurpant son identité graphique. Outre l'absence de l'Ukraine à cette Coupe du monde comme d'annonce d'arrestation de supporters ukrainiens par les autorités qataries, nombre d'images visibles dans cette vidéo - reprenant le narratif du Kremlin sur la supposée allégeance de l'Ukraine au nazisme - sont tirés d'événements sans aucun rapport avec la compétition en cours.

"Al-Jazeera rapporte que les autorités qataries ont arrêté des hommes qui ont peint la moustache d'Hitler sur le symbole de la Coupe du monde sur des affiches. Selon les informations, il s'agissait d'Ukrainiens", "Al-Jazeera : des Ukrainiens ont été arrêtés par les autorités qataries pour avoir dessiné la moustache d'Hitler sur le symbole de la Coupe du monde", affirment deux publications en français sur Facebook et Telegram, cumulant des centaines de vues depuis le 22 novembre 2022.

Elles s'appuient, en guise de source, sur une vidéo en anglais prétendument réalisée par la rédaction anglophone de la chaîne Al-Jazeera à Doha, la capitale du Qatar, le 20 novembre 2022, jour d'ouverture de la Coupe du monde de football.

Capture d'écran réalisée sur Facebook le 24 novembre 2022.

Capture d'écran réalisée sur Telegram le 24 novembre 2022.

 

 

"Trois Ukrainiens ivres diffusaient des symboles nazis à Doha. Ces hommes ont été placés en garde à vue pour avoir inscrit un salut nazi et une 'moustache d'Hitler' à une image de Laib (sic), la mascotte de la Coupe du monde 2022. Avant d'être arrêtés, les fans ukrainiens avaient déjà détruit plus de dix posters près du stade El Bait (sic). Les Ukrainiens n'ont montré aucune résistance lors de leur arrestation. Ils sont encore en détention à l'heure actuelle", soutient cette séquence de 46 secondes, écorchant les noms de la mascotte La'eeb et du stade Al-Bayt.

On y voit notamment, outre le logo de la chaîne Al-Jazeera, une photo de supporters ukrainiens lors d'un match, une affiche de la mascotte La'eeb, taguée d'une moustache rappelant celle d'Adolf Hitler, juste à côté du slogan nazi "Sieg Heil" ("Salut à la victoire"), et enfin les images de la prétendue arrestation de ces supporters par des policiers.

Si d'autres internautes relayent la même vidéo sur Twitter (1, 2) en pointant parfois du doigt le supposé essor du nazisme en Ukraine ("A part ça, il n'y a pas de nazisme en Ukraine"), sa diffusion est loin de se limiter au seul public francophone. On la retrouve en effet également dans des publications en anglais et en espagnol, ou encore en polonais.

Mais, bien qu'elle imite l'habillage graphique des vidéos réalisées par Al-Jazeera, on ne la retrouve pas sur le site de la chaîne, qui dénonce une usurpation auprès de l'AFP : "Cette vidéo est complètement fausse, elle n'a jamais été publiée par Al-Jazeera."

Des supporters ukrainiens photographiés en 2019... en Pologne

Contacté par l'AFP, le ministère de l'Intérieur qatari n'avait pas donné suite à nos sollicitations avant la publication de l'article.

Outre le fait que l'Ukraine, défaite par le Pays de Galles en match de qualification, le 5 juin 2022, ne participe pas au Mondial et que le ministère de l'Intérieur du Qatar n'a signalé aucune arrestation de supporters ukrainiens sur son compte Twitter, où il relaye régulièrement ses interventions, plusieurs éléments de la vidéo sont tirés d'événements sans aucun lien avec les faits décrits.

La photo de supporters ukrainiens visible entre ses huitième et douzième secondes, a ainsi été prise le 15 juin 2019 à Lodz, en Pologne, lors de la finale de la Coupe du monde de football des moins de 20 ans entre l'Ukraine et la Corée du Sud, comme l'indique la légende de ce cliché disponible sur le site de Getty Images.

Capture d'écran réalisée sur Twitter le 25 novembre 2022.

Capture d'écran réalisée sur le site de Getty Images le 25 novembre 2022.

 

 

Une intervention de police que l'on retrouvait sur YouTube dès 2013

Les images de policiers visibles dans la vidéo entre 0'31 et 0'41, au moment où celle-ci indique que "les Ukrainiens n'ont montré aucune résistance lors de leur arrestation" et qu'"ils sont encore en détention à l'heure actuelle", sont quant à elle tirées d'une émission de la chaîne Alryyan TV, consacrée aux interventions d'Al-Fazaa, les services d'urgence de la police qatarie.

Capture d'écran réalisée sur Twitter le 25 novembre 2022.

Capture d'écran réalisée sur YouTube le 25 novembre 2022.

 

 

On retrouve en effet ce passage à partir de 13'14 dans ce numéro disponible sur le compte YouTube de la chaîne et diffusé à l'origine le 22 septembre 2013 - soit neuf ans avant que le ministère de l'Intérieur qatari ne dévoile les uniformes de l'unité spéciale en charge de la sécurité de la Coupe du monde.

Enfin, si l'AFP n'a pas été en mesure de retrouver l'origine de la photo montrant des graffitis nazis sur La'eeb, ni d'établir si ces inscriptions ont été réalisées grâce à un montage, Giuseppe Cacace, le journaliste responsable des photographes de l'AFP dans le Golfe, présent au Qatar pour le Mondial, indique que "ces bannières sont omniprésentes à Doha pour masquer les chantiers des sites en cours de construction".

On retrouve en effet cette silhouette et d'autres variantes de la mascotte sur les clichés ci-dessous, pris à Doha par des photographes de l'AFP - Giuseppe Cacace précisant quant à lui n'avoir "jamais vu" les graffitis de la vidéo sur "les bannières aperçues jusqu'ici".

Un visuel de La'eeb, la mascotte de la Coupe du monde 2022, à Doha, le 17 novembre 2022. ( AFP / PABLO PORCIUNCULA)

Une femme devant le visuel de La'eeb, la mascotte du Mondial 2022 de football, recouvrant un chantier à Doha, le 13 octobre 2022. ( AFP / GIUSEPPE CACACE)

 

 

Une rumeur relayée par des médias russes dès le 22 novembre 2022

D'où émane cette vidéo ? S'il est difficile de remonter à son origine, on retrouve les premières occurrences de ce récit dans un article du média russe Ria Fan publié le 22 novembre à 12h10 sous le titre "Des Ukrainiens ivres ont ajouté la moustache d'Hitler au symbole de la Coupe du monde au Qatar et ont écrit un slogan nazi".

Le texte, qui ne mentionne aucune arrestation mais simplement le fait que des "habitants n'ont pas apprécié la plaisanterie des Ukrainiens et ont appelé la police", s'achève en mentionnant un autre article de Ria Fan, consacré à la folle soirée vécue chez un cheikh du Qatar par des supporters britanniques venus pour la Coupe du monde.

Mais alors que cette anecdote renvoie vers un article de la radio britannique TalkSport pour étayer ses dires, l'article sur les fans ukrainiens reste évasif sur l'origine de cette supposée information : il indique seulement que ces "images sont apparues sur des chaînes Telegram".

Le même jour, à 14h26, la chaîne russe Tsargrad TV évoque cet incident dans un article, en citant cette fois "la chaîne de télévision Al-Jazeera" en guise de source et en affirmant que les supporters ukrainiens ont été arrêtés par la police. Une affirmation que Ria Fan finira par reprendre à son tour en fin de journée, en partageant directement la fausse vidéo d'Al-Jazeera sur sa chaîne Telegram, en réponse à sa publication initiale - sans images - sur le sujet.

Capture d'écran réalisée sur Telegram le 25 novembre 2022. ( Alexis ORSINI)

Les accusations contenues dans la vidéo virale font écho au discours du Kremlin, selon lequel l'intervention militaire de la Russie vise à "la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine". Un argumentaire réfuté par plusieurs spécialistes interrogés en mars 2022 par l'AFP, ces derniers estimant que si des mouvements ultra nationalistes sont actifs dans le pays, notamment dans l'armée, ils restent "minoritaires" et marginalisés au niveau politique.

L'usurpation d'Al-Jazeera rappelle en outre la diffusion, en avril 2022, d'une fausse vidéo du Figaro censée montrer la dégradation de boutiques Chanel, à Paris, par des autocollants associant le logo de la marque au visage d'Adolf Hitler - une rumeur à laquelle l'AFP avait déjà consacré un article de vérification.