Ajaccio : Cinq personnes en lien avec la mairie mises en examen pour « corruption », « trafic d’influence » et « extorsion »

ENQUÊTE - La juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille a mis en examen cinq personnes, dont le directeur de cabinet du maire d’Ajaccio Antoine Maestrali et l’adjoint en charge des Sports Stéphane Vannucci

En fin de semaine, la juge Céline Poirier de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Marseille a mis en examen le directeur de cabinet du maire d’Ajaccio Antoine Maestrali et l’adjoint en charge des Sports Stéphane Vannucci pour « corruption passive » et « trafic d’influence passif », relate Le Monde.

Ils ont interdiction d’entrer en contact avec les personnes poursuivies dans ce dossier, mais aussi avec les élus ou fonctionnaires de la mairie et de la communauté d’agglomération du pays ajaccien (CAPA). Ils ne peuvent pas non plus se rendre dans ces administrations, a indiqué le parquet de Marseille au quotidien national.

Trois autres personnes ont été mises en examen dans cette affaire, notamment pour « extorsion en bande organisée ». Il s’agit de Michel Amhan, un médecin et promoteur, également poursuivi pour « corruption active » ; Khalid Azhour, défavorablement connu de la justice et aussi soupçonné d’ « abus de bien sociaux » ; Et Johann Carta, proche de la bande du « Petit Bar ». Il est mis en cause en outre pour « corruption et trafic d’influence actifs ». Ces deux derniers étaient détenus pour une autre affaire et ont été placés en détention provisoire.

Des stands de boucherie et des villas

(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Corse : Des « défaillances graves » de sûreté relevées à l’aéroport d’Ajaccio
Corse : Cinq millions d’euros de saisies d’avoirs criminels en 2023
Corse : Le diacre soupçonné d’avoir tenu une maison de retraite illégale est mis en examen
Soupçonnée de liens avec le banditisme corse, la magistrate Hélène Gerhards remise en liberté