Aires protégées d'Afrique: le congrès de Kigali appelle à l'action

Pendant six jours, des délégués de tout le continent africain se sont réunis au Rwanda à l'occasion du premier congrès africain dédié au rôle des aires protégées dans l'avenir de la planète.

Une protection de l’environnement par l’Afrique et pour l’Afrique. Pour la première fois, des activistes, scientifiques, représentants des communautés, mais aussi une cinquantaine de ministres de l’Environnement africains se sont retrouvés pour discuter de l’avenir de la protection de la biodiversité sur le continent. Ils appellent à reconnaître les communautés locales comme des acteurs de premier plan des politiques environnementales, à faire rimer protection de la nature avec justice sociale, et surtout à trouver plus de financements.

« Pour bien gérer une aire protégée, il faut environ 1 000 dollars par kilomètres carrés. Actuellement, en Afrique, on dispose en moyenne de 50 dollars par kilomètres carrés. Donc aujourd’hui, le continent se mobilise afin de s’assurer que ses aires protégées soient financées », explique Kaddu Sebunya, président de l’ONG Africa Wildlife Fundation, au micro de notre correspondante à Kigali, Laure Broulard.

À écouter aussi : C'est pas du vent – Biodiversité et humanité: une seule destinée


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles