Air France : Éric Woerth (LR) approuve la montée de l'État au capital

Emmanuel Macron a affirmé mardi 6 avril à des collégiens qu’il ne devrait pas y avoir de nouveau confinement d'ici la fin de l'année scolaire. “J’espère qu’il a raison. Je comprends qu’il donne des perspectives. On verra", commente mercredi matin Éric Woerth, député LR. L’exécutif assure encore qu’il va tenir ses objectifs en matière de vaccination contre le Covid-19. “En général, les objectifs ne sont pas tenus, mais à un moment donné ils vont l’être. Il y a une avalanche de vaccins qui doit arriver. On voit que la production monte en puissance. J’essaie d’être optimiste. On a besoin de rebondir, de se sécuriser, de se voir les uns les autres. On a besoin que l’économie rebondisse, que la France réussisse", explique l'élu de l'Oise dans les "4 Vérités". L’État va monter au capital d’Air France pour l'aider à surmonter la crise. "L’État transforme des prêts directs en capital. C’est très important de le faire", se réjouit Éric Woerth. "Tous les États soutiennent leur compagnie", rappelle-t-il. "Plus le monde va vite, plus l’UE ralentit" La dette publique passera à 118 % en 2021. Les prévisions de croissance sont en baisse. "C’est un sujet gigantesque. On ne va pas rester avec des finances publiques aussi dégradées. On n’a pas de souveraineté si on n’est pas souverain sur le plan financier. Il faut augmenter la croissance par le progrès", estime le président de la commission des finances de l'Assemblée nationale. La France n’a pas reçu d’argent du plan de relance européen de 750 milliards d’euros. "Plus le monde va vite, plus l’UE ralentit. C’est un progrès, ce plan commun de relance, tout comme la commande commune de vaccins, mais la mise en œuvre est trop lente", conclut Éric Woerth.