Comment aider les TPE à traverser cette crise?

Coulaud, Hervé, Laye, Sébastien
Le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire. Assemblée nationale, 19 mars 2020 / LUDOVIC MARIN/AFP

FIGAROVOX/TRIBUNE - La réponse du gouvernement aux conséquences économiques de la pandémie saura-t-elle s’adresser aux petits entrepreneurs autant qu’aux grands groupes? s’interrogent Hervé Coulaud et Sébastien Laye. Il faudrait selon eux s’inspirer des exemples allemands et américains.

Hervé Coulaud est Président de la FTPE Centre Val de Loire et membre du conseil scientifique de l’Observatoire National des Corps Intermédiaires .

Sébastien Laye est entrepreneur et chercheur associé en économie à l’Institut Thomas More.

Si la crise sanitaire, nous l’espérons tous, ne sera qu’une affaire de semaines, la récession (attendue pour 2020 même sans cette crise épidémiologique) économique sera avec nous pour de longs mois, sans qu’un redressement rapide dès le début du troisième trimestre ne soit envisageable.

Oui, certains grands groupes sont d’ores et déjà déstabilisés et l’État semble prêt à les aider directement voire à en nationaliser certains. Cela ne sera pas suffisant pour porter à bout de bras l’économie française. Cette politique en direction du CAC 40, pour lequel l’État français a toujours eu les yeux de Chimène, ne doit pas faire oublier les très petites et moyennes entreprises. Ce sont elles qui constituent le tissu productif français et tout doit être fait pour qu’elles puissent surmonter cette crise. Si on laisse ces entreprises mourir, le taux de chômage explosera une fois la crise sanitaire derrière nous.

Pour limiter les dégâts, notamment des faillites en cascade d’entreprises trop fragiles pour encaisser un arrêt total de leur activité pendant des semaines, le gouvernement a prévu des aides à hauteur de 45 milliards d’euros. L’essentiel, soit 32 milliards d’euros, sera des reports ou des annulations de charges sociales et fiscales. Par ailleurs les dispositions de chômage partiel pour les salariés contraints de cesser de travailler coûteront 8,5 milliards d’euros à l’Etat sur deux mois, mais ces dispositions vont aider surtout les grandes (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Coronavirus: les réponses aux 20 questions que se posent salariés et entrepreneurs 
L’État français au chevet de l’économie nationale 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro