Pour aider les réfugiés, la désobéissance est justifiée

Efi Latsoudi
Pour aider les réfugiés, la désobéissance est justifiée. REUTERS/Alkis Konstantinidis/File photo

En vivant dans la région de l'Égée-Septentrionale, à quelques kilomètres de la côte turque, nous sommes quotidiennement confrontés au régime frontalier. Pour beaucoup d'entre nous qui sommes solidaires des réfugiés et des migrants, placer les personnes avant les frontières est un choix conscient, qui nous pousse à désobéir à des lois et à des pratiques inhumaines.

En 2012, la création d'un camp auto-géré et ouvert (Pikpa) à Lesbos - qui a accueilli depuis, plus de 30.000 réfugiés - était un acte de désobéissance. Les demandes de protection, de justice, de conditions humaines, de dignité et de liberté au lieu des détentions et humiliations infligées aux réfugiés a mené à de nombreuses confrontations directes et indirectes avec les autorités.

En 2015, l'énorme mouvement solidaire en Grèce nous a donné espoir. Sauver des vies mais aussi la fierté de l'Europe et de l'entière communauté internationale était un acte de désobéissance. Lorsque des centaines de milliers de réfugiés sont arrivés sur les côtes de Lesbos, population locale, touristes et groupes internationaux ont graduellement commencé à agir d'une manière considérée comme illégale par les autorités jusqu'au moment où des citoyens ont sauvé des réfugiés en mer, en les accueillant sur la côte et en garantissant leurs besoins primaires. Ces hommes et ces femmes ont littéralement sauté dans l'eau pour sauver des personnes en danger. Par le passé, de nombreux activistes solidaires avaien été arrêtés pour de telles actions.

La même année, à Lesbos, la population locale et les touristes ont pris à leur charge ce que les autorités ont manqué ou refuser de faire: ils ont transférés les réfugiés, dont de nombreuses personnes fragilisées par la guerre, des femmes enceintes et des enfants, depuis des régions éloignées jusque vers les établissements d'enregistrement. Nombre de ceux-ci ont été menacés et même accusés de trafic d'êtres humains, sans que cela les empêche d'agir.

En mai 2015, un convoi solidaire...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages