Une aide-soignante licenciée après avoir frappé une résidente d'Ehpad âgée de 70 ans

·1 min de lecture
L'incident s'est produit dans un Ehpad de Toulouse (Photo : LOIC VENANCE/AFP via Getty Images)

Les faits se seraient produits en juin dernier dans un Ehpad de Toulouse, et auraient également entraîné la mutation d'une autre aide soignante.

Une sanction exemplaire pour des faits particulièrement graves. Une aide-soignante qui travaillait à l'Ehpad Saint-Exupéry de Toulouse (Haute-Garonne) a récemment été licenciée pour avoir frappé une résidente de l'établissement, âgée de 70 ans, nous apprend La Dépêche du Midi, qui précise qu'une autre aide-soignante impliquée a pour sa part été "transférée dans un autre établissement".

D'après Ouest France, qui reprend les informations du quotidien occitan, l'altercation s'est produite le 12 juin dernier au cours du service de nuit. Le lendemain, plusieurs blessures et marques ont ainsi été observées sur le visage, le poignet et la main de la septuagénaire, qui a été amenée à l'hôpital pour des examens complémentaires.

Elle aurait frappé la victime "pour faire cesser ses cris"

Suite à une plainte déposée par la fille de la victime, une enquête a été ouverte et a rapidement mis en évidence le rôle jouée par une aide-soignante. Interrogée par la police, cette dernière "a reconnu avoir porté des coups au visage d'une résidente de 70 ans pour faire cesser ses cris", comme l'indique La Dépêche du Midi.

L'aide-soignante en question a donc été licenciée suite à ces aveux, tandis que sa collègue, présente la nuit du 12 juin, a elle aussi écopé d'une mesure disciplinaire pour ne pas avoir informé la direction, ajoute Ouest France. Cette dernière a ainsi été écartée de l'Ehpad Saint-Exupéry et mutée dans un autre établissement.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles