Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir au 246e jour de l'invasion russe

© Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

La France, qui fournit à l'Ukraine  un certain nombre de matériels militaires depuis le début de l'invasion russe , ne procède à aucune cession susceptible de mettre sa sécurité en danger, a assuré mercredi soir le ministre des Armées Sébastien Lecornu. "Nous ne faisons pas de cessions qui mettraient la nation française en danger. Nous le faisons avec le pragmatisme qui nous conduit à regarder la réalité de nos stocks, mais aussi la réalité des conseils que nous donnent nos généraux", a déclaré le ministre lors d'un débat sur le conflit au Sénat.

>> LIRE AUSSI - EXCLUSIF – Guerre en Ukraine : dans les coulisses de la fabrication des tubes de canons Caesar

Ce "pragmatisme" n'en conduit pas moins la France "à tirer des conclusions" sur le réapprovisionnement de ses stocks de matériels : à titre d'exemple, "les 18 canons Caesar qui ont été donnés à l'Ukraine ont fait l'objet depuis le mois de juillet dernier d'une nouvelle commande en recomplétude", a rappelé le ministre.

Le don de ces canons "a pu destabiliser les plans de formation sur certains régiments d'artillerie, mais déstabiliser de la formation pour quelques artilleurs (...) n'a rien à voir avec le fait d'abaisser le standard de sécurité pour la France et les Français", a estimé Sébastien Lecornu. Selon le ministre, "le vrai sujet" consiste actuellement à développer une "économie de guerre", c'est-à-dire une capacité de recompléter les stocks plus vite dans le futur, notamment pour faire face à des conflits dits...


Lire la suite sur Europe1