Aide militaire à l’Ukraine : pas de cessions qui mettraient la France en danger

Sébastien Lecornu veut renforcer la capacité de la France à recompléter les stocks militaires plus vite dans le futur.  - Credit:Fred Dugit / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP
Sébastien Lecornu veut renforcer la capacité de la France à recompléter les stocks militaires plus vite dans le futur. - Credit:Fred Dugit / MAXPPP / PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

La France, qui fournit à l'Ukraine un certain nombre de matériels militaires depuis le début de l'invasion russe, ne procède à aucune cession susceptible de mettre sa sécurité en danger, a assuré mercredi soir le ministre des Armées Sébastien Lecornu. « Nous ne faisons pas de cessions qui mettraient la nation française en danger. Nous le faisons avec le pragmatisme qui nous conduit à regarder la réalité de nos stocks, mais aussi la réalité des conseils que nous donnent nos généraux », a déclaré le ministre lors d'un débat sur le conflit au Sénat.

Ce « pragmatisme » n'en conduit pas moins la France « à tirer des conclusions » sur le réapprovisionnement de ses stocks de matériels : à titre d'exemple, « les 18 canons Caesar qui ont été donnés à l'Ukraine ont fait l'objet depuis le mois de juillet dernier d'une nouvelle commande en recomplétude », a rappelé le ministre. Le don de ces canons « a pu déstabiliser les plans de formation sur certains régiments d'artillerie, mais déstabiliser de la formation pour quelques artilleurs […] n'a rien à voir avec le fait d'abaisser le standard de sécurité pour la France et les Français », a estimé Sébastien Lecornu.

Du nouveau matériel bientôt envoyé en Ukraine

Selon le ministre, « le vrai sujet » consiste actuellement à développer une « économie de guerre », c'est-à-dire une capacité de recompléter les stocks plus vite dans le futur, notamment pour faire face à des conflits dits de « haute intensité ». « On a évidemment un [...] Lire la suite