Aide au développement : comment la France veut la rendre plus efficiente

Par Sylvie Rantrua
·1 min de lecture
Au-delà de l’augmentation de son budget, la France veut donner une nouvelle orientation à son aide en recentrant les crédits vers les pays d'Afrique subsaharienne. 
Au-delà de l’augmentation de son budget, la France veut donner une nouvelle orientation à son aide en recentrant les crédits vers les pays d'Afrique subsaharienne.

C'était une promesse du candidat Emmanuel Macron : concevoir une nouvelle politique de l'aide au développement de la France. Cette nouvelle politique se dessine à travers le projet de loi « de programmation relatif au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales ». Après trois jours de débats intenses, les députés ont achevé, dans la nuit du 19 au 20 février, l'examen en première lecture de la loi et des quelque 660 amendements déposés.

Le vote solennel sur le texte à l'Assemblée nationale a eu lieu le 2 mars, avant que le Sénat ne l'examine à son tour. La procédure accélérée ayant été déclarée en décembre dernier, une seule lecture dans chaque assemblée suivie d'une commission mixte paritaire devrait suffire. Du coup, le gouvernement espère bien une adoption d'ici à l'été.

« Cette loi qui révise celle de 2014, est aussi une demande de la société civile depuis de nombreuses années. Nous sommes satisfaits car elle place la France sur l'agenda de la solidarité internationale », se réjouit Louis-Nicolas Jandeaux, expert de l'aide publique au développement chez Oxfam France. « Et nous avons eu très peur qu'elle soit sacrifiée dans ce contexte difficile de pandémie du Covid », avoue-t-il.

À LIRE AUSSIAide au développement : la France se choisit une nouvelle approche

Contexte

La pandémie de Covid-19 et ses conséquences sanitaires, économiques et sociales qu'elle disperse à travers le monde ont bouleversé les sociétés. Les inégalités mondiales [...] Lire la suite