Aide au développement : la France veut « une autre voie » face à la Chine

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
La France entend contrecarrer la concurrence de nouveaux acteurs comme la Chine, la Turquie et la Russie en donnant la priorité à la santé, l'éducation et aux questions climatiques et en posant un noiuveau cadre pour gérer la dette des pays africains. 
La France entend contrecarrer la concurrence de nouveaux acteurs comme la Chine, la Turquie et la Russie en donnant la priorité à la santé, l'éducation et aux questions climatiques et en posant un noiuveau cadre pour gérer la dette des pays africains.

« Il n'est pas concevable de laisser les coudées franches aux nouveaux acteurs qu'on voit s'engager sur le terrain du développement », a déclaré jeudi le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian, après avoir participé au tout premier Conseil présidentiel consacré à l'aide au développement. Le ton est ainsi donné d'une volonté d'approche résolument renouvelée de la France quant à l'aide au développement.

Lire aussi Aide au développement : le « conseil présidentiel » entre en scène

Contenir la concurrence chinoise, turque et russe

Ces nouveaux intervenants, parmi lesquels la Chine, selon son collègue de l'Économie Bruno Le Maire, ont « des méthodes et des intentions telles qu'il est essentiel qu'on soit au rendez-vous pour proposer une autre voie à nos partenaires », a souligné M. Le Drian. La France s'inquiète également des stratégies d'influence menées par la Russie et la Turquie sur le continent. Intervenant en visioconférence après avoir été diagnostiqué positif au Covid, le président Emmanuel Macron a souligné la volonté de la France « de ne pas se replier » et de « redonner aux pays africains les moyens de venir en aide à leurs populations ».

Lire aussi Papa Demba Thiam : « Comment construire l'Afrique avec moins de dette »

Un effort sur les montants engagés

Le président français a ajouté que l'aide humanitaire allait aussi être triplée pour atteindre 500 millions d'euros en 2022. M. Le Drian a rappelé que l'aide au développement française a atteint près de [...] Lire la suite