Agriculture urbaine : à Paris, des chrysanthèmes sont cultivés près du périphérique

© Coline GRANCHER

À la sortie du bois de Boulogne (16e), en allant vers Suresnes (92), des chrysanthèmes dorés, d’autres rouges, poussent bien alignés dans l’une des rangées des Fleurs du Moulin de Longchamp. En cette avant-veille de Toussaint , Céline Decaris vendra comme tous les dimanches* sa récolte de fleurs devant la parcelle qu’elle cultive depuis mars dernier. « Mais j’aurai surtout des dahlias, qui se développent à foison avec ce redoux », remarque cette ancienne responsable de la communication à la Fnac puis aux laboratoires Pierre Fabre.

L’horticultrice de 46 ans fait partie des dix-sept lauréats de la saison 4 de Parisculteurs , le dernier appel à projets mené par la Ville de Paris en faveur de l’agriculture urbaine. En septembre 2021, un site de 1 100 mètres carrés lui a été alloué pour 220 euros par an, pour un bail de six ans, renouvelable une fois. « Je doutais de mon utilité face aux projets maraîchers », se rappelle celle qui s’est toujours rêvée fleuriste. « Mais mon formateur [à l’école du Breuil, Paris 12e] m’assurait que l’on aura toujours besoin de fêter des événements, d’égayer la maison, de se faire plaisir. » Elle est la deuxième horticultrice en pleine terre installée dans Paris intra-muros, après Masami-Charlotte Lavault, qui a lancé sa ferme, Plein Air, en 2017 à Belleville (20e), lors de la saison 1 de Parisculteurs.

Des ateliers en projet avec la fondation de Yann Artus-Bertrand

Malgré le trafic incessant sur la quatre-voies voisine, le cadre de l’exploitation ho...


Lire la suite sur LeJDD