Agriculture : l’appel aux saisonniers étrangers

Depuis le début du confinement, elles étaient bloquées chez elle en Pologne. Mais ces ouvrières agricoles sont de retour. Alors, Damien Rio, un producteur de fraises a ressorti son logiciel de traduction pour se faire comprendre de ses employées, soulagées de pouvoir travailler. “On gagne plus ici, beaucoup plus. Deux ou trois fois plus qu’en Pologne”, confie l’une d’elle. “Il a fallu à peu près une semaine pour former les dernières personnes” Au fil des ans, ces ouvrières sont devenues indispensables surtout pendant la récolte des fraises. Alors pendant leur absence, il a fallu tout réorganiser. “On a arrêté certaines cultures qu’on avait programmé, et on a embauché et formé, c’est un temps (...) il a fallu à peu près une semaine pour former les dernières personnes qui découvraient l’agriculture”, explique Damien Rio. La réouverture des frontières concerne tous les ouvriers agricoles européens même hors espace Schengen.