Agriculture : face à la pénurie de main d'ouvre, la FNSEA "redonne de l'attractivité" aux métiers

·1 min de lecture

La loi Egalim 2 va-t-elle réellement accompagner les agriculteurs français ? Le Sénat, dominé par l'opposition de droite, a adopté mercredi en première lecture une proposition de loi visant à protéger la rémunération des agriculteurs. Egalim 2 vise à compléter la loi Alimentation ou "Egalim" de 2018, qui n'a pas tenu ses promesses en termes de rémunération pour les agriculteurs. Pour le ministre, l'objectif est de "redonner une meilleure rémunération dans les cours de ferme" en rééquilibrant le rapport de force du trio agriculteurs-industriels-distributeurs.

 

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici 

Le texte prévoit de généraliser les contrats écrits entre l'agriculteur et l'entreprise qui va transformer ses produits, sur trois ans minimum, en tenant compte des coûts de production. Et de rendre "non négociable", entre l'industriel et le distributeur, la part du prix correspondant au coût des matières premières agricoles. 

>> LIRE AUSSICatastrophes climatiques : Emmanuel Macron promet 600 millions d'euros par an aux agriculteurs

6.000 postes à pourvoir

Invitée au micro de la matinale d'Europe 1 ce samedi, la Président de la Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA), Christiane Lambert, a plaidé l'urgence de la cause. Elle dénonce notamment la pénurie de main d'oeuvre qui fait rage. "Il y a un problème de personnes qui veulent moins travailler - certainement, car certaines aides pour rester chez soi sont plus intére...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles