Agriculture : la crainte du retour du gel

Les nuits sont courtes depuis quelques jours pour les arboriculteurs et autres viticulteurs. Lundi 12 avril, les températures négatives obligent les producteurs à chercher des solutions astucieuses pour ne pas perdre la totalité de leur récolte. À Gaël (Ille-et-Vilaine), Bertrand Monnerie, producteur de pommes, explique : "Si cela descend à -2,5°C, nous aurons 10% de perte. Si c'est -3,5°C, ce sera 90%." Producteur d'une variété de fruits dite "précoce", l'intéressé est pessimiste. "Pour moi, elle est morte. Les fleurs ne seront pas fécondées, donc pas de pommes", affirme-t-il. Des gels réguliers depuis quelques années "Il y a deux ans, c'était 80% de pertes dues au gel", se souvient l'exploitant. La branche d'activité est particulièrement touchée par ces gels de printemps depuis quelques années. Pour le moment, la Bretagne n'a pas été classée en calamité agricole, mais le gouvernement s'est engagé à accompagner toutes les pertes d'exploitations. Les agriculteurs attendent avec impatience la fin de cette période, pour les premières semaines de mai.