Agriculture : dans les champs de l’impasse productiviste

*

À consulter le site du 57e Salon de l’Agriculture, on ne peut qu’être frappé par l’obstination avec laquelle on nous présente l’évolution de l’agriculture comme le produit d’un processus quasi-naturel. Certes le nombre d’agriculteurs diminue de façon on ne peut plus "préoccupante", mais le secteur reste "dynamique" grâce à quantité d’innovations "de pointe" et des jeunes générations toujours mieux formées, œuvrant aussi bien dans la conquête des marchés extérieurs, la croissance d’un secteur "bio" performant ou le développement de produits du terroir d’excellente qualité. Rien de nouveau donc sous le soleil, au moins en apparence, car en réalité, les campagnes n’ont jamais cessé depuis 1945 d’être soumises à d’incessantes "révolutions silencieuses".

L'industrialisation de l'agriculture

La dernière en cours – la financiarisation de l’économie couplée à la révolution numérique – contribue chaque jour à accélérer le productivisme, en agriculture comme ailleurs, et à nous rapprocher ainsi du moment où la colère sociale et l’impasse écologique deviendront intenables. En attendant, comme l’écrivait déjà il y a plus de trente ans le philosophe Paolo Virno, "les modes de production qui se sont succédé dans la longue durée se représentent synchroniquement presque à la manière d’une Exposition Universelle"



Lire la suite