Agriculture. Le champignon de Paris a fait son retour dans la capitale

·1 min de lecture

Alors que l’espèce de champignons la plus cultivée du monde avait quitté la ville depuis environ un siècle, un projet d’agriculture urbaine installé dans un ancien parking du nord-est parisien lui a fait retrouver les sous-sols de Paris.

“Les Français les appellent les ‘champignons de Paris’, pourtant la culture de ces petits champignons blancs, l’espèce la plus cultivée du monde, avait complètement disparu de la capitale jusqu’à il y a peu”, résume le Daily Telegraph. Le journal britannique s’est rendu dans un lieu de culture de l’Agaricus bisporus, dans les sous-sols de la capitale, œuvre de deux “fermiers urbains à la main verte”.

À lire aussi: Reportage. Fermes sur les toits, fraises en conteneurs : en France, une “révolution agricole” est en cours

L’engouement pour le champignon de Paris est né il y a plus de deux siècles, en particulier après son adoption par Louis XIV, qui le cultivait à Versailles. De nombreux fermiers parisiens ont pris le relais en améliorant les techniques et en faisant pousser le “champignon royal” dans des carrières de roches calcaires.

Ils ont découvert que les champignons pouvaient pousser toute l’année s’ils étaient cultivés sur un substrat à base de fumier, dans des souterrains où l’obscurité, la température et l’humidité restaient constantes et offraient donc les conditions idéales pour leur croissance.”

Ces champignonnières ont ensuite été mises à mal par l’expansion urbaine et notamment la construction du métro. Elles furent repoussées dans la périphérie à partir du début du XXe siècle. Désormais, “comme ils ne sont pas soumis à une obligation géographique, les 100 000 tonnes de champignons de Paris vendus en France

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles