Agriculture. Sept cents personnes hospitalisées en Argentine après une intoxication au glyphosate

·1 min de lecture

Dans la province retirée du Chaco, dans le nord de l’Argentine, 700 personnes ont été hospitalisées après des fumigations au glyphosate, pourtant interdites près des habitations. Un symptôme de l’abandon des populations pauvres face à l’agro-industrie.

“Vous imaginez, 700 personnes hospitalisées à la suite d’une intoxication à Buenos Aires ? Ça ferait la une de tous les journaux, des directs à foison, la folie totale. Mais ça se passe dans un coin reculé du Chaco, empoisonné par l’agro-industrie, alors il ne se passe rien.”

Voici comment Enrique Viale, avocat et défenseur de l’environnement, a résumé sur son compte Twitter les récents événements survenus dans le Chaco, cette province pauvre du nord de l’Argentine, située à la frontière paraguayenne.

Il a fallu plus d’une semaine pour que l’information arrive à la capitale : malgré un cadre légal qui interdit les fumigations à proximité des habitations de pesticides toxiques qui accompagnent les cultures de soja transgénique, notamment le glyphosate, plusieurs villages ont été aspergés fin octobre.

À lire aussi: Les agriculteurs boiront le glyphosate jusqu’à la lie

Le média indépendant ANRed (Agencia de Noticias RedAccion) détaille les conséquences de ces pratiques :

Setp cents personnes ont dû être hospitalisées pour vomissements, diarrhées et déshydratation. Les habitants assurent aussi que les fumigations ont asséché leurs potagers, leurs arbres et les miniplantations de courgettes, pastèques, maïs et tabac.”

Ces dix dernières années, les forêts de lapachos, ces

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles