Agriculteurs : la colère aux portes de Paris

Des automobilistes bloqués sur des dizaines de kilomètres. Mercredi 27 novembre, le périphérique parisien a été pris d'assaut par plus d'un millier de tracteurs. Très tôt dans la matinée, plusieurs centaines d'agriculteurs s'étaient donné rendez-vous dans la capitale pour manifester leur colère. "Il y a des agriculteurs qui se suicident tous les jours donc c'est un peu compliqué pour nous quand même et je pense que la pression, soit médiatique, soit de la population, est difficile à supporter", estime David Vallée, exploitant. Bloquer les portes de Paris est le seul moyen de faire entendre leurs revendications selon eux. De nombreuses revendications Manque de considération, accords de libre-échange, pesticides... la liste est longue. "Les industriels aujourd'hui ne jouent pas le jeu, moi je n'ai pas un euro qui est retombé sur mon exploitation par rapport aux lois Egalim", explique Christophe Lerebour, céréalier. Dans la soirée, des agriculteurs occupent toujours le périphérique dans l'attente de mesures concrètes de la part du gouvernement.