Un agriculteur belge décale accidentellement la frontière française de deux mètres

Par Le Point.fr (avec Afp)
·1 min de lecture
Un agriculteur belge a déplacé, accidentellement, la vieille borne en pierre qui marquait l'emplacement précis de la frontière entre la France et la Belgique, qui se trouvait sur le chemin qu'il empruntait avec son tratcteur. (photo d'illustration).
Un agriculteur belge a déplacé, accidentellement, la vieille borne en pierre qui marquait l'emplacement précis de la frontière entre la France et la Belgique, qui se trouvait sur le chemin qu'il empruntait avec son tratcteur. (photo d'illustration).

C'est un acte qui a eu des conséquences bien plus lourdes qu'il ne voulait l'imaginer. En Belgique, un agriculteur s'est fait remarquer sans le vouloir en déplaçant la frontière avec la France de deux mètres, comme le rapporte la BBC. Alors que ses propres terres bordent l'Hexagone, ce citoyen belge a récemment déplacé, accidentellement, la vieille borne en pierre qui marquait l'emplacement précis de la frontière, car celle-ci se trouvait sur le chemin qu'il empruntait avec son tracteur. Il venait ainsi de repousser les limites des deux pays, au mépris d'un traité international de 1820.

Joint par l'Agence France-Presse, David Lavaux, le bourgmestre (maire) d'Erquelinnes, où est domicilié cet agriculteur, a confirmé les informations rapportées par des médias locaux du nord de la France. Ce résident belge, devenu récemment propriétaire de plusieurs hectares en bordure du bois de Bousignies, situé en France, voulait visiblement profiter du calme des lieux pour agrandir encore son terrain, selon l'élu. « Reculer la borne de 2 mètres 20, évidemment ça agrandissait sa propriété », estime David Lavaux.

À LIRE AUSSIFrontières : la Commission rappelle les États à leurs engagements

« Ce à quoi il ne s'attendait pas, c'est que cette borne avait été géolocalisée avec précision en 2019. Il a donc été facile de prouver qu'elle avait bougé », fait-il savoir. La BBC explique que les autorités belges locales prévoient de contacter l'agriculteur pour lui demander de remettre [...] Lire la suite