Agressions sexuelles: un prix Tech for Women récompense une mini alarme

·2 min de lecture

Jeudi 30 septembre avait lieu à l’Unesco un événement citoyen, L'Appel pour l’Égalité. Le mensuel féminin Marie Claire, organisateur de la manifestation, a remis les prix Tech For Women récompensant les solutions technologiques qui œuvrent en faveur de l’égalité femmes-hommes, avec des dispositifs luttant contre les discriminations à l'emploi ou les violences faites aux femmes.

« Comment les femmes contribuent à inventer un nouveau monde ! » est le thème de l’événement L’appel pour l’égalité, qui s’est tenu au siège de l’Unesco à Paris. Le think tank du mensuel féminin Marie Claire, Agir pour l’Égalité, qui organisait la journée, a dressé un constat douloureux : la pandémie de Covid-19 a affecté de manière négative l'éducation, l'emploi, les moyens de subsistance, l'autonomie, la santé et la vie même des femmes et des filles du monde entier.

En point d’orgue de cette journée, le think tank a organisé la première édition du prix Tech for Women, qui récompense les innovations technologiques et connectées destinées à améliorer le quotidien des femmes. Dans la catégorie Vie Professionnelle, le prix est décerné au site web mabonnefée.com, qui œuvre en faveur de l’égalité femmes-hommes dans les entreprises. Au chapitre Santé & Bien-Être, c’est le site biloba.com qui l’emporte avec une messagerie instantanée destinée aux parents préoccupés, pour échanger avec des professionnels de santé.

Lutter contre les violences faites aux femmes

Dans la catégorie Vie Quotidienne, le prix est décerné à la créatrice d’un dispositif de sécurité quasi invisible et connecté. MonShérif est dédiée à la lutte contre les violences faites aux femmes. Sa conceptrice Dominique Brogi, qui a fondé la société MonShérif en 2015, raconte lors de la remise des prix ce qui l’a poussé à lancer une telle innovation : « En 2018, nous avons décidé d’apporter une réponse aux violences intrafamiliales après une discussion avec une présidente de tribunal qui venait de perdre une femme qu’elle suivait et qui s’était fait assassiner avec sa fille de 10 ans à coup de sabre. »

Visuellement, le dispositif MonShérif se présente sous la forme d’un bouton accroché à une bretelle de soutien-gorge, sous l’apparence d’un bijou ou encore d’un accessoire de mode. L’appareil a deux phases, poursuit Dominique Brogi : « Il fonctionne comme une télécommande à distance qui active votre mobile. Le bouton d’alerte est discret. Le premier clic envoie un SMS pré-rédigé à l’avance et qui indique votre géolocalisation. » Un deuxième clic sur le bouton déclenchera la seconde phase, en cas d’extrême urgence. « Ce sera un appel au secours auprès de cinq contacts qui recevront en même temps un mail, un SMS comprenant votre position et un lien pour que des gens de confiance puissent à travers un système de visiophonie se mobiliser ensemble afin d’organiser les secours en prévenant le cas échéant les services d’urgences ou ceux de la police. », décrit l’innovatrice.

Des preuves pour le tribunal

En plus de ces deux phases, MonShérif inclut également un microphone. « La captation audio de l’agression dont vous êtes victime est transmise directement sur des serveurs sécurisés », annonce Dominique Brogi. Or, un arrêt de la Cour d'appel de Paris en mars 2021 reconnaît désormais comme recevable par les tribunaux la captation de preuves réalisée à l’insu d’un conjoint violent.

Ce système d’alerte pour lutter contre les violences faites aux femmes n’est pas exclusif : il s’adresse aussi aux seniors, enfants, personnes vulnérables ou souffrant d’un handicap et à tous les individus quel que soit leur genre, leur profession ou leur situation familiale. Cette innovation, comme biens d’autres technologies inventées par les femmes, démontre qu’elles contribuent à la genèse d’un nouveau monde.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles