Agressions sexuelles à l’école de danse de l’Opéra de Paris : le parquet confirme l'information de "Marianne"

·1 min de lecture

Le parquet de Nanterre a confirmé lundi l’information exclusive que nous avions révélée dans notre édition internet il y a une semaine : la mise en examen d'un surveillant pour des attouchements sur mineurs.

L’affaire avait débuté le 17 mars dernier. Deux adolescents prennent rendez-vous avec la directrice de l’école pour l’informer d’attouchements sexuels qu’ils auraient subis de la part d’un des membres de l’encadrement. C’est en fait le hasard qui leur a permis de mettre des mots sur ce qu’ils ont vécu chacun de leur côté. Au cours d’une conversation à bâtons rompus, les deux garçons finissent par se rendre compte que le surveillant, Alexis P., a abusé d’eux dans les mêmes conditions. Une prise de conscience qui leur fait franchir les portes du bureau d’Elizabeth Platel, l’inamovible directrice depuis 2004. Devant la gravité des faits, l’ancienne danseuse étoile ne tergiverse pas. Elle les envoie au commissariat de police pour déposer plainte.À LIRE AUSSI : Un prédateur sexuel à l'école de danse de l'Opéra de ParisEt pourtant, la démarche lui coûte. C’est elle qui avait embauché six ans plus tôt le jeune homme, lui-même fils d’un professeur d’histoire-géographie de l’école. Et jusqu’ici, cette femme au fort tempérament l’appréciait. Alexis P., toujours disponible et serviable, avait su se rendre indispensable en tant qu’assistant d’éducation le jour et surveillant de nuit le dimanche soir… On comprend malheureusement mieux pourquoi aujourd’hui.Placé sous contrôle...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Agression raciste à Dole : le suspect renvoyé devant le tribunal correctionnel

Agression sexuelle : la plainte en diffamation de l’ancien ministre Pierre Joxe rejetée en appel

"Quand les ultra-progressistes défendent les agressions sexuelles envers les lesbiennes"

Humiliations, sévices, agressions antisémites : l’enfer d'un Français dans les prisons turques

Au procès de la haine anti-asiatique : "Nos familles ont plus peur des agressions que du Covid"