Agressions, incivilités… Les services publics en première ligne

Source AFP
·1 min de lecture
Des fleurs sont déposées devant une agence Pôle emploi de Valence, où une conseillère a été abattue en janvier 2021.
Des fleurs sont déposées devant une agence Pôle emploi de Valence, où une conseillère a été abattue en janvier 2021.

Le meurtre d'une conseillère de Pôle emploi la semaine dernière à Valence fait ressurgir l'inquiétude dans des services publics, confrontés régulièrement à des agressions et incivilités dont l'ampleur reste souvent inconnue faute de données chiffrées. Pôle emploi a par exemple fait état, mercredi 3 février 2021, à l'issue d'un comité social et économique central (CSEC) consacré au drame de Valence, d'« ?un peu plus de 9 000 signalements? » recensés en 2020 pour des agressions ou incivilités, soulignant le caractère « ?atypique? » de cette année du fait de la crise sanitaire. C'est moins qu'en 2019, pour laquelle le chiffre était de plus de 10 000.

Parmi les signalements, moins de 7 % concernent des menaces verbales graves et moins de 1 %, des actes de violence physique, le reste pouvant être des écarts verbaux ou impolitesses. L'ensemble des signalements représente 0,2 % des visites (6,3 millions) en agence et moins de 0,05 % des appels téléphoniques (19 millions), a souligné la direction, précisant que ces faits ont débouché sur 233 plaintes en 2020.

L'opérateur va renforcer la sécurité de ses agents, avec notamment « ?à court terme? » la possibilité de recruter des agents de sécurité privée pour contrôler les entrées. Le suivi des signalements d'incidents sera renforcé et simplifié, le dépôt de plaintes sera appuyé plus systématiquement, a aussi indiqué la direction, évoquant également un renforcement de la formation des managers et conseillers ou encore u [...] Lire la suite