Agression de surveillants à Vendin-le-Vieil : "Un chef d'établissement a une responsabilité pénale en matière de sécurité des personnels"

franceinfo
Wilfried Fonck, secrétaire national du syndicat Ufap-Unsa justice, a expliqué, dimanche sur franceinfo, pourquoi son syndicat demande de départ du directeur de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) après l'agression de quatre gardiens.

"Si le directeur de Vendin-le-Vieil avait été un personnel de surveillance, il aurait été suspendu" dès l'agression des surveillants dans la prison du Pas-de-Calais jeudi soir, explique Wilfried Fonck, dimanche 14 janvier sur franceinfo. Le secrétaire national du syndicat Ufap-Unsa justice regrette "ce deux poids deux mesures" justifiant ainsi le départ des syndicats d'une réunion au ministère de la Justice, samedi matin. Par ailleurs, le syndicat réclame le départ du directeur de la prison de Vendin-le-Vieil après l'agression des surveillants.

franceinfo : Pensez-vous vraiment que l'État est "laxiste" avec les détenus radicalisés ?

Wilfried Fonck : Les détenus radicalisés représentent, quelque part, plus un point de cristallisation des problèmes des personnels pénitentiaires. Aujourd'hui, nous sommes dans une situation ubuesque. Vous avez trois organisations syndicales qui vont se mettre en mouvement social tout simplement pour revendiquer le droit de pouvoir faire leur travail, car, aujourd'hui, nous ne sommes plus en mesure de pouvoir assurer ces missions de garde, de sécurité et de réinsertion. C'est l'ensemble des personnels qui est concerné, que ce soit le personnel de surveillance, d'insertion, le personnel administratif et même technique.

Depuis quelques années, le phénomène de radicalisation islamiste s'est renforcé. Est-ce qu'il renforce l'insécurité des personnels dans les prisons (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages